En train de lire
1er novembre : Haddad gracié pour avoir combattu la langue française

1er novembre : Haddad gracié pour avoir combattu la langue française

La rédaction
haddad

La nouvelle Algérie célèbre la grande révolution de l’ancienne. La guerre de 54 c’est comme le Hirak, les tirs à la place des selfies et Abbane Relmdane à la place de Karim Tabou. Un point en commun tout de même, les 2 révolutions ayant émerveillé le monde ont débouché sur le même système. Aujourd’hui, le gouvernement algérien n’a pas tourné la page, et déplace le conflit sur un autre front : le front linguistique.

En effet, après avoir réglé tous les problèmes majeurs (la justice, pouvoir d’achat, la santé, l’eau et le chômage) l’Algérie s’est permise de s’occuper d’un souci majeur : l’abolition de la langue française. Cette langue de colonisateur est pourtant la langue officielle de la principauté de Club Des Pins, et la langue maternelle des fils de …..tous inscrits au lycée français Alexandre Dumas. Schizophrénie oblige, les institutions nationales veulent bannir le français et en font leurs ennemi public n1.

Ali Haddad, le héros !

En marge de la célébration du 1er novembre, le président de la République a gracié plus de 3 000 détenus de droit commun pour montrer que l’unique délit impardonnable est celui d’avoir des opinions. Ali Haddad a été gracié à ce titre, voire même réhabilité. L’homme de main de Said Bouteflika est enfin libre.

Lire aussi
tebboune

L’ex patron deu FCE a été décoré par l’Ordre de la Victoire (plus haute distinction militaire) pour ses innombrables victoires sur la langue française. « Que l’on aime ou pas, Ali Haddad a fait plus de mal au français que Yacef Saadi dans la zone automne d’Algérie. Les membres de l’Académie Française le surnomment déjà Ali la Pointe. Plusieurs d’entre eux meurent d’AVC rien qu’en l’écoutant parler. Cette distinction est amplement mérité » estime le porte parole du gouvernement.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut