En train de lire
Le Maroc décide de réduire ses exportations de cannabis vers l’Allemagne

Le Maroc décide de réduire ses exportations de cannabis vers l’Allemagne

La rédaction
cannabis

Dans le pays de Goethe, c’est la panique totale. Depuis le déclenchement de la crise diplomatique entre le Maroc et l’Allemagne sur fond de différends sur le dossier du Sahara Occidental, les allemands se sentent mal et rien ne semble venir arranger les choses. Depuis que Rabat a accusé Berlin de s’être aligné sur la position algérienne vis-à-vis du Sahara Occidental, les relations entre les deux pays se sont envenimées. Les marocains accusent les allemands d’avoir cédé au charme de Tebboune qui a longtemps séjourné là-bas pour des soins. D’ailleurs, nos voisins de l’ouest pensent sérieusement que le président de la République n’a jamais malade et qu’il s’est inventé une maladie juste pour aller convaincre Merkel de se joindre à l’Algérie dans sa défense de l’indépendance du Sahara Occidental. Et en tout état de cause, le Makhzen a décidé de frapper fort.

Opération « KSKC » (keine Sahara, kein Cannabis) est lancée.

Le Roi du Maroc a décidé de lancer l’opératio « KSK » pour « keine Sahara, kein Cannabis », ce qui signifie « pas de Sahara, pas de cannabis ». en clair, il s’agit d’une sanction économico-sociale visant à réduire les exportations du cannabis marocain vers l’Allemagne. Cette opération n’a pas de durée fixée tant que Berlin ne revient pas sur positions et ne déclare pas officiellement qu’elle soutient la thèse du « Sahara Marocain ».

Le ministre de l’agriculture marocain, accompagné de son collègue des affaires étrangères ont organisé une conférence de presse pour annoncer la mise en place de cette opération. L’Ambassadeur allemand a Rabat a été convoqué par les autorités marocaines pour lui signifier officiellement que Rabat attend un geste fort de Berlin. L’Ambassadeur a quant à lui mis en garde les marocains contre les retombées de cette décision, indiquant par là que si le peuple allemand venait à manifester des signes de manque de cannabis, il y aurait des sanctions internationales et une demande d’intervention du conseil de sécurité de l’ONU pour mettre fin à cette attaque. Une crise qui fume de plus en plus.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut