Crise oblige, tout a augmenté en Algérie cette année. Le prix de la sardine, celui de la semoule, les mandats de dépôt et les peines requises, jusqu’aux températures. Aujourd’hui, une étrange vague de chaleur a frappé plusieurs villes du pays (Alger, Oran, Club Des Pins) des températures estivales, dans plusieurs villes côtières on a même enterré une pastèque dans le sable pour la fameuse baignade de l’année.
Un climat qui a surpris grand monde, à commencer par l’omniprésent ministre de tout et de rien, le baladeur, et le champion du domino Kamel Rezig. Le ministre est encore monté au créneau, cette fois-ci contre le soleil, qui nous fait dicter sa loi astrale.

« Je te demande de baisser tes températures »

Kamel Rezig sait choisir ses cibles. Les pécheurs pour la hausse du prix de la sardine, les bouchers pour celle de la viande et le soleil pour la hausse des températures. Avec le bel astre, il s’est montré très ferme. “C’est quoi ce bordel, chaque jour une nouvelle augmentation. Je vous appelle à la raison, sinon, sinon, je vais être en colère, et j’agirai aussi violement qu’avec les marchands de légumes” menace-t-il. Rien n’est à sa place, et c’est le bordel partout, l’hiver se prenne pour l’été, l’automne pour le printemps, et moi pour le ministre du commerce. “Je sais que c’est étrange, mais je vous promets les températures vont baisser d’ici une semaine, je m’en occupe personnellement, et vous me connaissez, quand je suis sur un dossier, bah je fous rien” conclut-il.

Il serait plus judicieux de confier le dossier des températures à Zeghmati. Le ministre de la justice serait capable d’arrêter carrément l’hiver et le printemps, afin qu’on puisse passer directement à l’été.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)