Pour la 1ère fois de son histoire, l’Algérie s’apprête à s’impliquer officiellement dans la célébration de la Saint-Valentin, en permettant à un maximum d’Algériens de tirer profit de cette fête. Le gouvernement vient d’annoncer une série de mesures qui vont offrir aux amoureux la possibilité de passer une journée mémorable en compagnie de l’âme-sœur. Qu’il s’agisse d’une longue histoire d’amour ou d’amourette de collège, les autorités du pays ont décidé, au nom de l’Algérie nouvelle de Tebboune, d’ouvrir ce sujet souvent tabou et de le démocratiser afin de rendre au peuple le bonheur qu’il mérite.

« Khelli ezzawali yaachaq »

Ainsi, lors d’un conseil du gouvernement, le 1er ministre, a ordonné à ses ministres de lui faire des propositions réalistes permettant de concrétiser l’engagement du président de la République en la matière. Chaque membre du gouvernement a été donc invité à faire des suggestions dans ce sens. La ministre de la Culture a proposé de rouvrir ce jour là les salles de cinéma pour y projeter les films classiques portant sur la thématique de l’amour avec, en prime, la rediffusion du Titanic que de nombreux algériens considèrent comme une référence en la matière. De son côté, le ministre de l’agriculture qui a sous sa charge la gestion des parcs zoologiques et, accessoirement, les parcs d’attraction, a proposé de les ouvrir ce jour là gratuitement aux couples en plus de l’ouverture des forêts emblématiques, notamment Bouchaoui et Bainem. Il a d’ailleurs été appuyé en ce sens par le ministre de l’Intérieur qui a proposé d’instruire les services de police pour veiller à ce que personne n’embête les tourtereaux durant leur escapade amoureux.

Mais la palme de la meilleure proposition revient au ministre du commerce, Kamel Rezzig, qui après longue réflexion et échange avec ses conseillers, s’est engagé à faire baisser les prix des peluches, notamment les nounours, dont les couples sont friands à l’occasion de la Saint-Valentin. Selon le ministre, cela va permettre, aux hommes notamment, d’offrir ce cadeau à leur chérie sans se ruiner. Il s’agit ici d’allier à la fois la sauvegarde du pouvoir d’achat et le pouvoir de l’amour selon Rezzig. Il prévoit d’ailleurs de faire une descente sur le terrain, dans les magasins de jouets pour vérifier de lui-même le respect de cette mesure et annoncer aux algériens que cette année, l’amour est dans l’ours en peluche.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)