L’Algérie est menacée de toute part. A l’est, il y a le conflit libyen. Au sud le djihadisme terroriste. A l’ouest le Maroc irrédentiste. Au nord l’OTAN qui attend juste que nous baissons la garde pour nous envahir. Et à l’intérieur les femmes qui ne savent pas préparer un couscous. Ces dernières constituent, selon les dernières déclarations de la ministre de la culture, “un danger pour la famille algérienne”.

Mais l’état agit d’ores et déjà contre la menace anti-couscoussière. Il entend déjouer ce complot culinaire qui favorise le sandwich frites-omelette à notre plat national et risque à terme de nous mener à la perdition.

 Les éléments de la brigade de recherche et d’intervention d’Alger ont arrêté deux femmes ne sachant pas rouler le couscous à la main. Sur la base d’informations parvenues à la brigade de recherche et d’intervention, les deux femmes ont été aperçues à plusieurs reprises en train d’acheter en catimini du couscous Benamor dans une superette au lieu de le préparer chez elles à la main. Elles font vraisemblablement partie d’un vaste réseau national féminin dont le but serait d’éclater la famille algérienne. Elles seront déférées devant le juge pour atteinte à la sureté de la nation et haute trahison culinaire.

Une dernière question : Si ne pas savoir rouler du couscous pour une femme constitue un danger pour la famille algérienne, peut-on juger que celles d’entre elles qui ne savent pas faire du berkoukes pour crime contre l’humanité ? Seule la ministre de la culture peut nous le dire.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)