Vous êtres en train de lire
L’Algérie construit l’hôpital qui se fout de la charité

L’Algérie construit l’hôpital qui se fout de la charité

La rédaction
hopital

L’aventure germanique du président de la République se solde par une prise de conscience. En Allemagne depuis plus d’un mois pour une Bouteflikite aigüe covidée, Abdelmadjid Tebboune ordonne d’abord l’ouverture d’une enquête pour savoir pourquoi il a abandonné le pays en pleine crise sanitaire, il enjoint ensuite son premier ministre à construire le premier hôpital de l’Algérie indépendante. Un établissement hospitalier pas comme les autres.

L’hôpital qui se fout de la charité

Redevenue la risée du monde après le transfert du président dans un hôpital étranger pour des soins médicaux, l’Algérie s’indigne afin qu’elle puisse relever la tête. « Trop c’est trop ! Mia Khalifa a désormais plus d’honneur que le gouvernement algérien, on ne peut pas rester de marbre. On lance une action imminente » s’indigne Abdelaziz Djerrad. En effet, le premier ministre annonce la construction d’un grand hôpital très particulier. Ce n’est pas un établissement hospitalier où les citoyens reçoivent des soins. Il ne contient pas de lits, ni de médecins, ni de matériel médical. « Apparemment vous avez perdu votre second degré. Vous ne devriez pas. Il s’agit évidemment d’un hôpital imaginaire, une expression signifiant quelqu’un qu’il a lui-même le défaut qu’il reproche à autrui, exemple : Gaid Salah accuse le gouvernement Bouteflika d’Al Issaba, mais ouvrez le dictionnaire putain » ironise le premier ministre.

La construction durera 10 jours comme le vrai hôpital chinois. Un délai très correcte pour la construction d’une phrase grammaticale puisque le chantier vient d’être attribué à Ali Haddad, dans sa cellule.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut