Des incendies ce sont déclarés dans plusieurs wilayas dans la nuit. Oran, Tlemcen, Blida, Chlef, Tipaza, c’était le feu partout. On eût dit l’apocalypse, et bien sûr Dieu a choisi l’Algérie pour en faire son enfer. Pour des raisons pratiques j’imagine, parce que tous les damnés sont déjà sur place, et puis parce que ça aurait été galère de déplacer les gens avec les frontières fermées. Toujours est-il que certains ont vu dans ce sinistre, un complot ourdi par les généraux. A leur tête, Larbi Zitout, amateur de zandjabil et grand théoricien du “التشابك السلمي”. Zitout est même allé plus loins en accusant les militaires d’avoir mis le feu à son gratin.

Rouge de colère, Zitout a accusé dans son livre d’hier, les “généraux” d’avoir brulé son gratin. “En plus d’avoir incendié les forêts de Medegh, d’Ahfir, de Gouraya, ces malheureux despotes ont cramé mon gratin” dénonce-t-il entre deux gorgées de gingembre. Selon Zitout, des agents missionnés par Chengriha se sont introduits chez lui le soir pour mettre son four au maximum, c’est-à-dire à 350°C. Résultat, son gratin dauphinois est carbonisé. Pas de diner. La dalle, comme dirait Mounia Benfeghoul. L’opposant de Londres a même forgé quelques slogans pour dénoncer ce complot culinaire, slogans qu’il souhaite que “les ahrar” scandent dès vendredi prochain : “Olé ola rouhou ya wled frança, olé ola khellitou Zitout bla 3cha” ou encore “les généraux à la poubelle, w Zitout yadreb gratin hbel”.

Mais rester sans diner, ça ne peut pas. Avant de finir sa séance, Larbi Zitout a invité ses followers de lui faire des dons sur PayPal pour se payer un Deliveroo.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)