La situation pandémique est de plus en plus critique. Les hôpitaux sont saturés, les médecins épuisées et il n’y a plus d’argent pour s’octroyer des moyens matériels. L’Algérie vit ses derniers jours, et ce n’est pas Bouteflika pour qu’elle puisse ressusciter.
Dans les hôpitaux c’est l’hécatombe ! De plus en plus de malades désaturent face à la pénurie des bouteilles d’oxygène. Heureusement, le président de la République est parti se soigner en Allemagne, ça a permis de récupérer une bouteille. Mais c’est dans les temps de crise que les génies émergent, après que Bonatiro a proposer des tapis pour combler le manque de lits réa, aujourd’hui un autre imposteur fait exprimer son talent, il s’agit de l’ancien gonfleur de roues (et de roubignoles) Mahieddine Tahkout.

La roue tourne

Face à l’incapacité des producteurs nationaux de gaz dont Tliba et son réacteur intestinal à duodénum, l’ancien industriel, aujourd’hui emprisonné, fait œuvre de charité. Tahkout fait don de plus de 50 000 compresseurs aux hôpitaux en guise d’appareils d’oxygène. “Vous voyez, je ne suis pas rancunier ! Malgré toutes les obscénités que vous avez dites sur moi et bien que je sois aujourd’hui le compagnon de cellule du redoutable Boualam El Marteau Piqueur, je ne vais pas vous laisser crever, je vais vous sauvez la vie, bande d’ingrats” écrit-il dans une lettre. Selon le groupe Tahkout, l’usine de Tiaret dispose de plus de 100 000 compresseurs dont la contenance en O2 dépasse les 500 000 litres. Seul bémol, le don généreux de Tahkout va certes sauver des vies, mais détruira l’industrie automobile. Heureusement qu’elle était déjà inexistante.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)