En train de lire
D’ici fin 2020, 98% des revenus de l’Algérie proviendront des amendes masques, selon le FMI

D’ici fin 2020, 98% des revenus de l’Algérie proviendront des amendes masques, selon le FMI

La rédaction
masque

Dans une récente étude publiée par le Fonds Monétaire International, les recettes budgétaires de l’Algérie vont provenir à 98% du produit des amendes de non port de bavettes instaurées par le gouvernement pour faire face à la propagation du virus du Covid-19. En effet, selon un groupe d’experts de l’institution internationale qui s’est intéressé aux alternatives proposées par les pays du monde, et notamment ceux en voie de développement, pour accroitre et diversifier leurs ressources financières, l’Algérie semble tenir une place honorable dans les pays ayant fait les propositions les plus audacieuses et les plus originales, puisque cette mesure allie à la fois la prévention contre la propagation du virus et l’accroissement des recettes de l’Etat.

Tebboune fier d’avoir tenu sa promesse

En réaction à cette annonce, la présidence de la République, a annoncé par le biais d’un communiqué de presse, accueillir cette étude avec beaucoup de fierté qui donne davantage envie de poursuivre la réforme profonde du secteur des finances de l’Etat en allant trouver l’argent ailleurs que dans les fins fonds des sous-sols algériens dont les ressources énergétiques s’amenuisent.

Pour le président Tebboune, il s’agit d’une des promesses formulées lors de sa campagne électorale. Celle d’aller récupérer l’argent volé là où il était. En effet, selon le président de la République, en raison de la pandémie mondiale et de la fermeture des frontières, il n’est pas possible d’aller chercher l’argent volé en France, en Espagne ou encore en Suisse. Alors, pour ne pas continuer à dépendre totalement des recettes pétrolières, il a été décidé de commencer par l’Algérie, selon le principe du « commencer à balayer devant chez soi ». autrement dit, à défaut de creuser des puits pétroliers dans les fonds du Sahara, l’Etat creuse au fond des poches des algériens. Et avec 10.000 da d’amende à chaque contrôle, c’est le jackpot assuré pour les caisses de l’Etat.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut