24 heures après l’incident entre le wali d’Oran et une enseignante ayant dénoncé l’état délabré de son école, le gouvernement ne perd pas de temps et décide d’agir dans la foulée, c’est-à-dire 58 ans après. En effet, pour répondre aux besoins des écoles en matière d’infrastructures, le premier ministre annonce l’ouverture d’une usine de montage de tables à Tiaret. Les tables à encrier laissées par la France ont fait leurs temps, voire plus, passons désormais à la production nationale.

Des tables #MadeInBladi

C’est le 2ème plus grand projet de l’Algérie indépendante après l’usine de gonflage des roues de Tahkout. Plus d’un millions de tables seront importées de Chine pour être montées à Tiaret par 1500 ouvriers algériens. “Désolé, j’avoue, le projet a tardé un peu, mais on ne savait pas que les tables dataient de l’époque coloniale, autrement on aurait agi plus vite. Moi, perso, je n’ai pas été à l’école, je jouais à la guitare à l’école buissonnière” explique Ferhat Ait Ali. L’usine va monter 10 tables par jour mais la production ne va pas démarrer avant la réouverture des frontières. D’ici là, le ministère de l’éducation appelle les élèves à ramener leurs propre tables et leurs chaises par mesure d’hygiène. “Le port de tables est désormais obligatoire, c’est exactement comme les masques. Nos élèves sont habitués avec leurs cartables, une table c’est largement moins lourd” ajoute Tadjaout.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)