En vacances forcées depuis mars dernier à cause de la pandémie, nos enfants auront-ils un avenir ? “On s’en fout, de toute façon c’est la fin du monde !” estime le ministre de l’éducation. Le premier ministre n’en pense pas moins. Après avoir déclaré qu’il est trop tôt pour envisager une réouverture des écoles, Abdelaziz Djerrad le dit aujourd’hui haut et fort : لّي قرا، قرا بكري

«L’école c’est pour les tarlouzes »

Interrogé pour la énième fois sur un éventuel retour scolaire, le premier ministre n’a pas mâché ses mots. “Arrêtez de me poser toujours la même question et puis merde à la fin ! Déjà connaissez-vous l’origine du mot école ? Un soir un père a dit à son gosse qui refusait de manger sa purée ‘Eh koule’ et c’est là que le mot école est venu” explique-t-il. Avant d’ajouter “l’école c’est pour les pédés ! Les vrais hommes sont en échec scolaire dès la 4e année primaire, Allah yerahmak ya babana” conclut-il des trémolos plein la voix.

Pensant que Jules Ferry a fait une grosse connerie, le gouvernement algérien veut corriger les erreurs du passé. Aujourd’hui en plein boom technologique, et dans un monde où seul l’argent est roi, l’école est devenue aussi inutile qu’un peigne dans la salle de bain de Tebboune. “Aller à l’école en Algérie est complètement has been. Aujourd’hui nos enfants (je parle des miens et ceux de mes collègues) sont tous inscrits à l’étranger. Si vous demandez à n’importe quel élève, en Algérie, s’il désirerait reprendre l’école, il répondra par non, on doit respecter leurs envies” estime le ministre de l’éducation dont on ne connait pas le nom.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)