Le référendum sur la révision de la Constitution devrait se tenir le premier novembre prochain. Dans un pays normal, un référendum est un vote qui permet à l’ensemble des citoyens d’approuver ou de rejeter une mesure proposée par le pouvoir exécutif. En Algérie, il s’agit d’un viol. Cette année (merci au covid-19) la constitution sera violée à huis clos, une première depuis 60 ans. Non, ce n’est pas dû au changement, c’est juste que la situation sanitaire ne le permet pas. En effet, malgré la baisse du nombre de nouveaux cas positifs, on craint une deuxième vague, encore plus virulente. Les séniors du gouvernement dont l’immunité, comme leurs idées, ne volent pas très haut, ne veulent courir aucun risque. Le scrutin sera annulé par mesure de sécurité.

“Vote ou pas, on a déjà les résultats”

Selon le ministère de l’intérieur, ce serait trop con, voire cruel, de laisser les gens s’entasser dans les bureaux de vote, passer l’un après l’un dans les isoloirs, prendre des bulletins, ou vomir dessus etc… pour que les résultats soient rendus comme les verdicts, par téléphone. “Vous faites déjà d’énormes queues dans les bureaux de poste, on ne veut pas vous infligez une double peine ! Le premier novembre vous n’irez pas voter, déjà depuis quand vous votez ? Les résultats seront publiés dès ce soir à minuit, aucun suspense, 94 % Oui… J’adore ce chiffre, c’était le chiffre fétiche de Bouteflika” déclare le ministre de l’intérieur dont on ignore le nom et la fonction.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)