La machine électorale de l’Etat s’est emballée depuis 2-3 jours en vue de l’organisation du référendum sur le projet de constitution retoilettée par les équipes du professeur Laraba. La version définitive n’est pas encore prête, mais les trompettes de ses promoteurs commencent déjà à produire des partitions de soutien et d’appel à une participation massive de la population. Cette campagne précoce, engagée par le FLN qui s’est déjà prononcé par Oui avant même de savoir combien d’articles contiendra le futur texte, s’avère nécessaire aux yeux de la présidence en raison de la forte abstention qui guette le rendez-vous électoral. De son côté, le président de l’autorité nationale indépendante pour les élections, Mohamed Chorfi a annoncé aujourd’hui que la vraie campagne électorale commencera début octobre, avec une nouveauté particulière.

Penser à sa santé en votant… par la pensée !


En annonçant donc les prochaines échéances, Mohamed Chorfi a souhaité préciser aux journalistes convoqués à un point de presse, les conditions d’organisation de la campagne de promotion du referendum. Il a pour cela assuré, comme à l’accoutumée, que l’appareil administratif de l’Etat était prêt pour « el 3ourss el initikhabi (la grande fête électorale) », comme aiment à le rappeler nos chers dirigeants, et que toutes les mesures ont été prises pour faire réussir cette échéance, y compris sur le plan sanitaire, puisque, conscient de la délicatesse de la situation sanitaire du pays et du fort risque de propagation du Covid-19, il a été décidé, après consultation du Haut Conseil Scientifique, que les citoyens pourront exprimer leur vote simplement par la pensée, sans avoir à se déplacer dans les bureaux de vote. Il s’agit, pour le président de l’autorité d’organisation, d’une question de bon sens à la fois électoral et sanitaire. « Autrement dit, il faut penser à sa santé en votant par la pensée », conclut M Chorfi

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)