Moins de 24h après la diffusion du documentaire spécial Algérie, dans l’émission Enquête exclusive, les réactions n’ont pas tardé à fuser de toutes parts. Et comme il fallait s’y attendre, les téléspectateurs algériens ont été aussi tendre avec cette émission que cette dernière l’a été avec l’Algérie et sa situation. En effet, des milliers de posts sur les réseaux sociaux ont dénoncé cette émission, son contenu et la manière dont elle a été présentée car selon les algériens, elle ne reflète pas la vérité, ou du moins pas toute la vérité. Certains avaient même dénoncé l’émission avant même sa diffusion car, venant de Bernard de la Villardière, on savait d’avance que cela allait tourner au vinaigre. Ça n’a pas loupé. Les choses sont passées à un niveau supérieur puisque, comme nous l’affirmions dans un article précédent, l’Algérie a même rappelé – par anticipation – son ambassadeur à Paris, et ce matin, c’est le ministre de la communication qui s’y met.

Une histoire de carte de presse

Selon le ministre Amar Belhimer, « enquêtes exclusives » est une émission nulle, faite par des gens nuls et destinée à un public naïf qui croit à tout ce qu’on lui raconte. Il n’a pas hésité à la comparer aux télé-réalité qu’on voit sur les chaines françaises où tout est joué selon un scénario bien ficelé. Pour lui, même les pubs pour café algériennes sont bien mieux réalisées et les caméras cachées de Ramadan sont des programmes d’un niveau nettement supérieur à cette pseudo-enquête.

Et le ministre de la communication de conclure : « moi, je ne prête aucune attention à ce type de programmes. Cette émission est aussi pathétique que le sourire de nos présentateurs de JT à l’ENTV, et puis je vais vous donner un scoop : Bernard de la Villardière n’a jamais détenu de carte de presse. Pour nous, c’est un simple khbardji que Macron devrait jeter en taule au plus vite. »

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)