Prévue en début de pandémie, la réunion de crise des cadres d’Air Algérie s’est finalement tenue hier, tard dans la nuit, à 3 h du matin. Contrairement à ses homologues, la compagnie aérienne nationale a dressé un bilan très satisfaisant : 0 retards, 0 bagarres, 0 blabla et ce depuis mars dernier.

Pour les pertes, Air Algérie n’a enregistré aucune perte de temps depuis la fermeture des frontières, et le temps c’est de l’argent. “Nous avons enregistré zéro retard sur autant de vols, il n’y a pas eu de vols des bagages non plus, nos passagers n’en sont pas venus aux mains, et la chef d’escale ana décidit n’a plus insulté personne. Pour vous dire, que cette pandémie nous a pas fait que du mal” réagit le directeur de communication. Quant à la reprise des vols, Air Couscous reste dubitative !

Pas avant la fin de la peste noire

La compagnie familialo-nationale ne va pas s’en plaindre, le maintien de la fermeture des frontières l’arrange bien. “Tahya Boutebbouuuune ! Nous sommes au top ! On ne veut pas entendre parler de reprise, ni d’ouverture des frontière. On ne prend aucun risque, notre santé passe avant celle de nos clients” explique le PDG. Même si la décision reviendra au gouvernement (ça fait peur) Bakhouche Alleche a estimé que le retour progressif d’Air Algérie se fera après la fin de la pandémie de la peste noire, c’est-à-dire dans 7 siècles en arrière à peu près. “cette peste fait des ravages, je ne crois pas qu’elle va disparaitre cette année 1345, on devra vivre avec, et puis c’est le moyen âge, qu’est ce vous allez faire foutre avec nos avions ?” s’exclame-t-il.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)