En train de lire
Déconfinement : Djerad « Ne mourez qu’en cas de nécessité »

Déconfinement : Djerad « Ne mourez qu’en cas de nécessité »

La rédaction
djerad

Hier soir, le premier ministre s’est tellement ennuyé qu’il a pris une décision. Abdelaziz Djerad a autorisé la reprise de plusieurs activités commerciales : salons de coiffure, pâtisserie, confiserie, habillement et chausseurs, électroménager ….Bref, tout le monde est appelé à retourner travailler exceptés les ministres et les députés qui peuvent prolonger leur hibernation. Le chef du gouvernement a-t-il raison ? Cette décision est-elle responsable ? Le prochain recensement de la population d’Algérie va y répondre. Après tout, 43 millions c’est beaucoup pour un pays qui ne dispose que des Sablettes pour se divertir. Au lendemain de cette décision controversée, le premier ministre apporte une instruction culminante qui va assurer l’application du concept de l’immunité collective.

« Ne mourrez qu’en cas de nécessité »

Le premier ministre dont le nom signifie criquet, une autre catastrophe, assume pleinement la volte-face du régime. Optant au début de la pandémie pour un confinement strict, les décideurs du pays dont on ignore l’identité changent de stratégie en pleine crise. Si certains spécialistes redoutent le pire, le gouvernement prend les choses avec philosophie. « Cette vie vaut-elle la peine d’être vécue ? On s’entasse pour du smid, on rentre avant 15h, on ne bosse plus, on se coiffe plus, on se maquille plus, et le soir on se tape des émissions de merde sur des télés poubelles. Tout cela en vaut-il bien la peine ? » relativise-t-il. « Je doute fort que vous passiez ce printemps. Vous êtes confronté à un choix mortel : Mourir du covid où bien de qounta. Dans les deux cas, ne mourez qu’en cas de nécessité. Contrairement à Bouteflika, vous ne disposez que d’une seule vie. Maintenant, pensez-y. Quelles sont les choses pour les quelles vous êtes prêts à mourir ? Un sac de smid où une manucure » explique Djerad.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut