Vous êtres en train de lire
Le pouvoir s’engage à taper moins fort sur les médecins lors des prochaines manifs

Le pouvoir s’engage à taper moins fort sur les médecins lors des prochaines manifs

La rédaction
medecins

Le président Tebboune a finalement vaincu sa « honte » de ne pas pouvoir sortir sur le terrain et inspecter l’état des hôpitaux algériens qui font face à l’épidémie du Coronavirus. Il a en effet effectué sa première sortie de terrain depuis plusieurs semaines en se rendant à l’hôpital de Béni-Messous, puis à la PCH avant de finir au ministère de la santé où il a tenu une réunion technique portant sur l’état des lieux de la lutte contre le coronavirus dans le pays. C’était aussi l’occasion pour lui d’annoncer un certain nombre de mesures à forte symbolique en direction des personnels soignants pour les remercier des efforts déployés dans cette guerre sanitaire.

Répression démocratique des manifestants

Sentant le besoin de redorer son blason qui commence déjà à ternir à peine 3 mois après son élection, le président Abdelmadjid Tebboune a décidé de se montrer généreux envers le personnel médical qui se trouve en première ligne dans la guerre contre le Covid-19 en prenant de nombreuses mesures très encourageantes pour eux : augmentation des salaires, revalorisation des carrières, valorisation des mois passés dans la lutte contre le coronavirus dans la future retraite des médecins, suppression du service civil pour lequel les praticiens se sont fait tabassés violemment en 2018.

Et justement, en évoquant ces tristes souvenirs de passage à tabac des médecins résidents qui manifestaient régulièrement pour l’amélioration de leurs conditions de vie et la suppression du service civil, le président Tebboune a tenu à présenter les excuses de l’Etat à tous ceux qui ont été malmenés durant cette période, en précisant que cela se faisait sous l’ancien régime policier de Bouteflika & Co. qui n’avait aucune once de sympathie pour les médecins. Tout en se dédouanant, Tebboune annonce que les choses vont désormais changer. Il a ainsi promis que les médecins et les personnels hospitaliers de manière générale, garderont parfaitement le droit de manifester dans les rues quand cela leur chante, mais en revanche, il donnera instruction aux forces de l’ordre pour les réprimer de manière plus « démocratique ». autrement dit, il a promis de continuer à leur taper dessus mais de manière moins forte. Les forces anti-émeutes seront formées à la « répression démocratique des manifestants » dans les prochaines semaines afin d’être prêtes à l’action dès la fin de la crise sanitaire. Une commande de matraques médico-friendly sera effectuée prochainement. Elles permettent selon lui, de casser du médecin tout en lui faisant garder le sourire.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut