Le monde célèbre aujourd’hui la journée mondiale des droits des femmes. En Algérie, c’est la journée des devoirs culinaires des femmes puisque le slogan « plactek fel cousina » court toujours. En Arabie Saoudite, on fête rien du tout, c’est un dimanche ordinaire ensoleillé où une canette d’urine de chamelle fraiche est vivement recommandée. Mais quel est le rapport avec le titre de l’article ? Peut-on considérer Naima Salhi comme une femme ? Démonstration.

La sulfureuse députée algérienne a lutté pendant toute sa vie pour prouver qu’elle est l’égale d’une huître. Naïma Salhi est née femme certes, mais elle a refusé d’adhérer aux valeurs du patriarcat qui la qualifient de deuxième sexe. Elle trouve refuge dans la bêtise humaine afin d’ôter ce titre sexiste. Dans son livre paru aux éditions Connasses, elle nous explique sa pensée.

« L’infâme, le troisième sexe »

L’infaministe algérienne (doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme dans la connerie) a tenu à assurer que la connerie est asexuée. Que l’on soit homme ou femme, on peut parfaitement adhérer à sa pensée. “Il y a trop de similitudes entre moi et une Djamila Bouhired. Nos deux corps sont composés de 70% d’eau et de 30 % de chair, nos génomes se ressemblent à plus de 99%, mais ce qui fait la différence c’est l’esprit. Ce dernier est hélas invisibles et pèse environs 15 microgrammes, d’où la confusion” explique la cheffe de parti. Salhi explique dans la seconde partie de son livre que pour se démarquer, l’infâme doit avoir des idées de merde, une caractéristique qu’on ne retrouve pas chez une femme normale. Un passage à la page 84 illustre la situation “On ne naît pas conne, on le devient ! La femme peut à n’importe quel âge virer dans la bêtise humaine. Il suffit de fréquenter les mauvaises personnes. Le pouvoir algérien, Ennahar Tv et les chroniques d’Amin Zaoui m’ont beaucoup aidé. Vous trouvez 10 astuces pour devenir con à la fin du livre” fin du passage.

Finalement, à la lecture du livre de madame Salhi, on tire 3 enseignements : la bêtise humaine n’a rien à voir le sexe, Naima Salhi a fourni beaucoup d’efforts personnel pour devenir aussi stupide, et enfin le livre est trop chiant, ne l’achetez pas.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

9 juin 1990 : Cheb Djalti découvre que "خلقو رب العالمين"

En 1989, Cheb Djalti sortait l’album “ديرولو الحنة” (mettez-lui du henné), avec…

L'Académie française valide le mot "faichlesse" pour exprimer un état d’affaiblissement extrême

Si la France était en guerre contre l’immigration, selon Marine Le Pen,…

Naïma Salhi lance la première édition du festival de Connes

En marge de la 71ème édition du festival de Cannes, la sulfureuse…

Ali Belhadj sort le film “Papichou” pour livrer sa version de la décennie noire

La 45ème cérémonie des Césars a ouvert l’éternel débat : Peut-on réhabiliter…