Vous êtres en train de lire
Karim Younes chargé de dialoguer avec le corona

Karim Younes chargé de dialoguer avec le corona

La rédaction
karim-younes

« Roh tqawed ya el corona » c’est avec ces mots crus que le meilleur négociateur du régime algérien a tenté d’approcher le coronavirus. Virus lui-même, Benyounes fraîchement désigné médiateur entre l’état et le peuple entame sa première grosse mission. Essuayant les échecs (dialogue national, bagarre entre ses deux petis-fils, marchands de légume) Younes est à la négociation ce que Ali Benflis est à la présidentielle, un éternel loser. Pourquoi lui ? Bah selon le gouvernement, il n’y a pas pire.

« On lui offre des mille-feuilles w yrouh yqawed »

Younes reprend ses bonnes vieilles habitudes. Comme pour dialoguer avec le peuple, il crée un panel composé de 5 autres virus dont Naima Salhi et Ibtissem Hamlaoui. La mission est simple, dialoguer avec le Corona et négocier une porte de sortie. Pour ce faire, le coronapanel se dirige vers l’hôpital El Kattar où des porteurs sont mis dans des cellules d’isolement. « Vous savez, dialoguer avec un virus microscopique de la taille de Bouteflika n’est pas une mince affaire mais on va y arriver. Je vais lui apporter des mille-feuilles et du cachir, il se peut qu’il soit corruptible comme ses confrères politiques, on verra » prévoit-il.

Or, contrairement au Hirak, le pouvoir ne souhaite pas que le dialogue aboutisse à une collation de confiserie. Le Corona c’est sérieux, ça tue. Les dirigeants algériens veulent eux-mêmes achever le pays. « On ne laisse pas un germe pathogène invisible faire notre boulot. On est toujours là, on est toujours aussi forts. Le Corona, qu’il parte en Europe où en Amérique, qu’il détruise l’humanité mais pas chez nous, on s’en sorte très bien tout seuls » estime le porte parole du régime.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut