C’est le deuxième tome de la recherche de l’argent perdu. Après avoir retrouvé 100 da dans une poche de sa doudoune, et un mouchoir en papier usagé dans l’autre, Tebboune fait de nouveau parler de lui. Le président de la république a encore récupéré une partie de l’argent volé aux Algériens.

C’est une bonne nouvelle. Abdelmadjid Tebboune a mis la main sur 120 da en monnaie sous les sièges de la voiture présidentielle : La Boutefmobile. Il les a retrouvés par hasard en cherchant son briquet tombé de sa poche. Accroupi, le nez sous le siège passager, le président de la république entrevoit des pièces de monnaie miroitant dans l’obscurité du réduit tapissé de moquette. Il longe le bras pour ramasser cette petite fortune. Il faut faire vite. Chengriha peut arriver d’une minute à l’autre, et il voudra alors partager avec lui le butin. Le président a l’impression d’être à Fort Boyard. Il réussit avec grand peine à sortir les pièces une à une en enfonçant son bras jusqu’à l’épaule et en poussant des gémissements de parturiente. Le président se redresse et remonte son pantalon qui laissait entrevoir la raie de ses fesses. Il s’éponge le font. Puis ouvre la main. Il y trouve une رفعة  chemma يابسة  (celle du chaffeur) et 120 da. Une pièce de dix, une pièce de cinquante, et trois pièces de vingt. 120 dinars plus les 100 dinars de l’autre jour, ça fait 220 dinars. Soit à peu près 1 euro. Le président pousse un soupire de soulagement. L’Algérie est sauvé. Le montant de l’argent volé s’élève à 1000 milliards et un euros. Avec l’euro récupéré, Il en reste que 1000.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)