En train de lire
Coronavirus : L’Algérie construit un nouveau cimetière

Coronavirus : L’Algérie construit un nouveau cimetière

La rédaction
cmetiere

Le coronavirus est à nos portes. Après la France, un autre cas de contamination par le virus chinois a été confirmé en Allemagne. Le risque est grand, d’autant plus que l’on sait que Angela Merkel envoie régulièrement le couffin à Djamel Ould Abbès, incarcéré à El Harrach. Il suffit qu’un douanier pique un Kinder Bueno dans le couffin et nous voilà foutu. Aussi, l’Algérie a décidé de prendre une série de mesures prophylactiques pour pallier au risque d’épidémie.

Il vaut mieux mourir que guérir

Les grands pays se démènent depuis deux semaines. Il faut trouver un moyen pour mettre à l’abri leurs populations contre l’épidémie virale. La Chine a construit un hôpital à Wuhan en 10 jours. La France a mis en place un numéro vert pour signaler les Chinois qui toussent. La Belgique a importé des un millions de masques de Chine. L’Algérie n’est pas en reste. Les autorités sanitaires du pays ont décidé la construction d’un nouveau cimetière. Une assiette 100 hectares initialement dédiée à la construction de logements AADL a été affectée à ce projet. « Nous avons des hôpitaux où les malades atteints de cancer, de choléra ou de grippe saisonnière ont déjà tout le loisir de mourir, mais je ne pense pas que cela soit suffisant » estime, Rabah Ben Rabah chargé de communication au ministère de la santé. C’est vrai que les hôpitaux en Algérie c’est comme un concert de Soolking tu t’y rends en marchant, tu en ressors les pieds devant « Nous creuserons des tombes au fur et à mesure que le virus fera des victimes. Le cimetière est d’une capacité de 20 000 tombes. Ici, il y a de la place pour tout le monde ! » nous indique Rabah Ben Rabah avant de conclure « ça sert à quoi de se soigner ? déjà que la vie c’est de la merde, alors imaginez si vous devez la faire en Algérie »

Le coronavirus refuse de s’aventurer

Le virus chinois présent déjà dans une dizaine de pays refuse tout simplement de rentrer en Algérie. Selon des virologues autrichiens, le coV se serait arrêté net à la frontière algérienne. Le virus se serait interdit d’attaquer un pays où l’on manque de lait, où l’on meurt encore du choléra et où l’on emprisonne les gens pour des statuts facebook. Il aurait de ce fait rebroussé chemin et serait reparti en pleurant.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut