En train de lire
L’ENTV décide de censurer le sermon du vendredi

L’ENTV décide de censurer le sermon du vendredi

La rédaction
Ali-Aya

L’Imam de la grande mosquée d’Alger a craqué son slip hier. Devant un parterre de journalistes, le prédicateur a eu recours à la langue d’Amira Bouraoui pour répondre à ceux qui qualifient l’Algérie de pays sans oulémas. Les propos obscènes dont la vulgarité atteint 10 sur l’échelle de Mnanauk ont surpris suscitant une vague d’indignation sur les réseaux sociaux : comment peut-on désormais assister aux prêches en famille « si tu écoutes Ali Belhadj tu deviens un terro, si tu écoutes Ali Aya si tu deviens un Ferhat Ait Ali, alors autant mettre du Wagner, c’est plus joli en plus » s’indigne un internaute.

Aujourd’hui, la chaîne publique diffusant tout et n’importe quoi sauf le hirak a décidé de prendre des mesures préventives afin de préserver son image de télévision pudique. L’ENTV pour la première fois depuis sa création ne diffusera pas le sermon du vendredi.

« Pour préserver laqder et lakhour »

Sans directeur de chaîne, l’ENTV est gérée par Karim Boussalem jusqu’à ce qu’on trouve pire que lui. Le directeur de la désinformation est formel, il n’y aura pas de prêche ce vendredi. « J’ai décidé de censurer El Djamou3a, parce que c’est comme le hirak, on risque d’entendre des obscénités. En plus moi, je la regarde avec mon père spirituel le CEM Chengriha, alors vous imaginez la gêne si un imam craque encore » explique Boussalam. Pour remplacer la case du sermon, la télé nationale hésite entre un documentaire sur la vie de couple chez les fourmis légionnaires ou l’impact de l’armée sur votre humeur matinale. Une chose est sure, par de religion, ni de hirak, on évite les deux opiums du peuple.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut