Vous êtres en train de lire
Dialogue : Plusieurs cartels acceptent de négocier avec Tebboune

Dialogue : Plusieurs cartels acceptent de négocier avec Tebboune

La rédaction
cartels

Il vient d’être intronisé lors d’une cérémonie stupéfiante, sans vilain jeu de mots. Abdelmadjid Tebboune devient le 8ème pion du régime militaire algérien, et y restera jusqu’à ce que mort s’en suive. Dans un climat de « merde », le président désigné et non élu est confronté à une montagne de chantiers (Hirak, crise socio-économique, crise politique, et sa calvitie)

Lors du 1er discours qui a suivi sa victoire, Tebboune a tendu la main à toute personne voulant dialoguer et négocier une sortie de crise. Si le peuple refuse toujours tout dialogue avec « Al Issaba » il n’en demeure pas moins que des organisations, pas très catholiques, ont accepté de parler « business » avec le nouveau président algérien. Il s’agit d’une dizaine de cartels, spécialisés dans la coke.

« Commençons une page BLANCHE »

Depuis l’affaire « El Bouchi » l’état algérien (qui s’est lancé, par passion, dans la coke, en dehors des heures de travail bien sûr) est dans le collimateur des plus grands cartels du monde. L’affreux échec des 700 kg avait suscité la haine et le désir de vengeance chez les chefs de cartels. Certains veulent même faire tomber des têtes algériennes. De l’eau est passée sous les ponts depuis. Les belligérants veulent enterrer la hache de guerre. Et reprendre ainsi les affaires comme au bon vieux temps d’Al Issaba. « Il nous a fallu snifer 2 kgs en une nuit pour prendre cette décision. Mr Tebboune les cartels de Medellín, de Cali, de Sinaloa, et Bogota sont prêts à discuter avec vous. Commençons une page blanche » déclare Ernesto Capia, chef du cartel de Bogota.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut