En train de lire
Enquête : Découvrez tout ce qui s’est passé à Oran selon la police

Enquête : Découvrez tout ce qui s’est passé à Oran selon la police

La rédaction
police

L’élection rejetée de Abdelmadjid Tebboune a fait couler beaucoup d’encre mais aussi du sang. Plusieurs manifestants pacifiques ont été blessés, un a même perdu la vie, lors des affrontements avec la police jeudi et vendredi dernier. 4 citoyens ont perdu un œil pendant que le pouvoir perdait la tête. Ce dernier, rompt avec la silmiya et décide de recourir à la violence pour faire passer ses projets de force. Pointée du doigt, la DGSN a ouvert une enquête afin de justifier l’injustifiable. Voici selon la police ce qui s’est passé jeudi dernier :

– Les forces de l’ordre n’ont pas reçu l’ordre de réprimer par téléphone, c’était peut être par talkie-walkie : Selon la DGSN aucun contact téléphonique n’a été trouvé entre la police et l’état major.
– Un jeu qui a mal tourné : Le commissariat d’Oran affirme que les CRS ont tenté de jouer avec les manifestants, ils ont un peu forcé, et les manifestants l’ont pris mal.
– La fumée, ce n’était pas des bombes : Selon la DGSN, la fumée qui se dégageait un peu partout dans le pays autour des manifestants, ce n’état pas des bombes lacrymo mais les voisins qui organisaient des barbecues.
– Ils ne voulaient pas viser les yeux : Les manifestants éborgnés l’ont un peu cherché selon la police. Cette dernière, ne voulait pas tirer sur les yeux mais sur les nez. Les blessures étaient donc accidentelles à cause de la distance très rapprochée entre les deux organes.
– Les larmes étaient dues à l’oignon : les irritations et gènes oculaires dont souffraient les manifestants à Oran n’étaient pas à cause du gaz lacrymo, mais plutôt à l’oignon utilisé en abondance par Houaria d’El Hamri pour préparer les mhadjeb.
– Le CRS qui a fauché la dame est en fait un judoka qui répétait sa technique avant la compétition du lendemain.
– La DGSN affirme que la police n’a pas utilisé la force, et menace d’arracher les yeux à tous ceux qui la taxent de violence.
– Elle appelle cependant les manifestants éborgnés à se satisfaire de l’œil qui leur reste.
– Les CRS affirment s’être sentis très soulagés en évacuant leur stress contre les manifestants.
– L’enquête a été close, 3 accusés pour l’instant, une matraque, une bombe et un spray. Ils seront jetés à la poubelle.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut