Battu à l’élection de 2004. Battu à l’élection de 2014. Ali Benflis sera-t-il enfin élu en 2019 ? Les observateurs sont unanimes à ce sujet. La réponse est non. Loser impénitent, le candidat, devenu au fil des échéances électorales roi des échecs, pourrait facilement rivaliser avec Kasparov. Pourtant, sur l’échiquier politique, Benflis ne pèse pas plus qu’un pion. Interview.

Bonjour monsieur Benflis, quelles sont vos chances de gagner l’élection ?

Si je n’étais pas sûr de perdre cette élection, je ne m’y serais jamais aventuré. Le chef d’état-major m’a donné des garanties à ce propos. Il m’a demandé de faire de la figuration, en contrepartie il m’a promis de fermer les yeux sur l’affaire El Khalifa. Je profite de l’occasion pour lui dire mille fois merci.

Les candidats ont beaucoup de difficulté à mobiliser les électeurs, qu’en est-il de vous ?

J’ai fait un meeting à Tlemcen. Il y avait beaucoup de monde. Surtout dehors. Bon c’est vrai qu’ils scandaient “Benflis, dégage!!”. Mais le plus important c’est de mobiliser la foule. J’admets, toutefois, qu’à l’intérieur ce n’était pas plein comme un œuf. En parlant d’œuf, remarquez que j’en ai pris aucun dans la gueule. C’est peut-être la preuve que je ne suis pas le plus détesté parmi les candidats.

Peut-être êtes-vous le plus insignifiant…

Ne vaut-il pas mieux être insignifiant que n’être rien du tout ? Je vous laisse réfléchir sur la question.

El Manchar a révélé aujourd’hui que vous organisiez de faux mariages pour remplir les salles lors de vos meeting, est-ce vrai ?

Si c’était l’ENTV, j’aurais peut-être mis en doute l’information. Mais El Manchar !! C’est du sérieux. El Manchar, c’est comme Algeriepart mais en mieux. Oui, j’ai organisé de fausses noces pour remplir les salles. Le cachir ne suffit plus pour avoir de l’affluence. Maintenant il faut du maqrout, des baklavas et des cornes de gazelles. Et une carte d’invitation.

Vous avez déjà perdu deux présidentielles, quel sera l’avenir de Benflis s’il perd en 2019 ?

Si j’échoue cette fois, vous n’entendrez plus parler de moi. Je vais regagner mon terrier et disparaître de la scène politique. Jusqu’à la prochaine présidentielle. C’est promis.

Merci mille fois de nous avoir accordé cette interview

Mille fois de rien. Je vous dis à la prochaine. C’est-à-dire dans 5 ans.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

Bekhlili renonce à la présidentielle “J’ai oublié. Le 12 décembre c’est mon 3ème mariage”

Ira-t-il? N’ira-t-il pas ? Il attend la décision de Mihoubi, il soutient…

Fares Mesdour se lance dans les présidentielles : “si mes calculs sont bons, je serai élu avec 13 milliards de voix !”

Le chef d’état-major l’a ordonnée, le chef de l’Etat l’a fait. Par…

Bouteflika “Si c’est Bedoui qui organise la présidentielle, il y a de fortes chances que je sois élu”

Abdelaziz Bouteflika est sorti de son silence monacal. Dans une contribution parue…

Bouteflika “Coucou, je peux revenir ?”

Abdelaziz Bouteflika a réagi à la convocation du corps électoral par le…