Vous êtres en train de lire
El Harrach : Tliba relâché pour libérer la place à d’éventuels nouveaux détenus d’opinions

El Harrach : Tliba relâché pour libérer la place à d’éventuels nouveaux détenus d’opinions

La rédaction
tliba

La répression s’accentue. Chaque jour des dizaines de manifestants pacifiques sont arrêtés. Tantôt parce qu’ils chahutent les candidats, et tantôt parce qu’ils les chahutent pas. Enfin, il y a toujours « une bonne raison » pour les arrêter et les traduire devant les juges. Donc, forcément ça en fait du monde à jeter en prison. Et des prisons, il y en a pas assez. Voilà pourquoi l’administration pénitentiaire d’El Harrach a pris la décision de relâcher Tliba qui occupait à lui seul 7 cellules.

Les opinions c’est comme le cancer

Tliba outragé, Tliba martyrisé, Tliba affamé mais Tliba libéré. Il est enfin libre, le député FLN dont la cavale a tenu en haleine les Algériens… Avant d’être vite localisé grâce aux images satellite de google map : « Hey regarde, il y a un énorme trou en Tunisie, c’est un cratère géant !! » se serait étonné un chercheur de la Nasa. Alors que c’était juste le trou de balle de Tliba. L’administration de la prison d’El Harrach a décidé de se débarrasser du plus gros prisonnier pour libérer la place aux nouveaux arrivants. « Les cellules 209, 210, 211, 212, 213, 214, 215 décloisonnées pour accueillir Tliba, sont libres désormais. Nous pouvons y mettre entre 350 et 400 zouaves » affirme le directeur de la prison. « Les opinions, c’est comme le cancer, on se porte mieux sans » poursuit-il. Tliba n’est pas dangereux après tout. Il n’a pas d’opinions. Et il ne peut pas s’enfuir. Car pour s’enfuir, il faut courir. Et quand bien même il s’enfuirait, on peut facilement le faire revenir en l’appâtant avec un tacos.

Soulagement à la cantine

Dès sa libération, la nouvelle a fait le tour de la prison. Elle a fait beaucoup d’heureux parmi les détenus. Soulagés, ça on peut le dire. Tliba mangeait comme quatre cents. Il ronflait comme un tracteur SNVI. Ça empêchait les autres prisonniers de dormir. « C’est une bonne chose. J’espère que le prochain sera Ould Abbès. Parce que lui il nous empêche de rester éveillé avec ses histoires à dormir debout » nous confie un détenu.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut