Vous êtres en train de lire
Les oiseaux migrateurs fixent le 11 décembre « dernier délai pour quitter l’Algérie »

Les oiseaux migrateurs fixent le 11 décembre « dernier délai pour quitter l’Algérie »

La rédaction
oiseaux-migrateurs

La présidentielle s’approche à grand pas, et le pays se dirige droit dans le mur. Selon les Mayas et Bonatiro, il n’y aura plus de vie en Algérie, si Tebboune est élu, le berceau de l’humanité s’autodétruira par dignité. Si l’Homme algérien refuse d’abdiquer et maintient sa révolution jusqu’au bout, ce n’est pas le cas du règne animal, qui visiblement n’a plus la force mentale pour poursuivre la lutte. La gazelle s’éteindra à cause des barbecues de Gaïd Salah, la baleine n’échouera plus sur nos cotes par peur d’être prise pour Naïma Salhi, quant aux oiseaux, ils pourront échapper à l’apocalypse grâce à leurs ailes et leurs plumes dans le cul.

En effet, le roi des Aves, Ornithodira Passeriforma, a envoyé un message à tout oiseau, ayant la capacité de voler à quitter l’Algérie avant le 12 décembre prochaine.

Tebboune, l’oiseau de mauvais augure

Cette espèce qui visiblement n’a pas une cervelle d’oiseau, quittera le pays dans les jours qui viennent. C’est le plus grand flux migratoire après les harragas de Lampedusa. Selon le porte-parole des oiseaux, le pays enregistre une baisse de disponibilité de nourriture sans précédant, en plus du réchauffement climatique que vit la région. « Dans ce pays, les dirigeants volent plus que nous. Les arbres sont coupés au profit de l’avancée du béton, on n’y trouve plus refuge. Les insectes comme les mouches sont devenus électroniques et donc non comestibles. Les grains et les fruits secs sont mangés par les barbus le soir. C’est regrettable, mais on n’a plus de place ici, on va migrer en Europe ou en Asie ou vers n’importe quelle autre destination » explique-t-il en gazouillant.

Lire aussi
couple

Le 12 décembre, les oiseaux seront donc tous partis. Restera plus que les pigeons. Et les dindons, sans quoi aucune farce n’est possible.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut