En train de lire
Selon Amnesty il y aura plus d’Algériens en détention qu’en liberté d’ici 2020

Selon Amnesty il y aura plus d’Algériens en détention qu’en liberté d’ici 2020

La rédaction
amnesty

C’est la grande purge. Le mendjel s’est révélé être une moissonneuse batteuse contre le peuple. Pas un jour ne passe sans qu’une bonne dizaine de citoyens ne soient jetés en prison. La raison ? Il n’y en a tout strictement aucune. Les arrestations sont faites de façon tellement arbitraires que les autorités songent à instaurer une tombola pour tirer au sort dans le fichier de l’état civil les noms des prochaines victimes. Amnesty International tire la sonnette d’alarme : Au train où vont les choses, il y aura plus d’Algériens en prison qu’en liberté d’ici 2020.

La liste des détenus d’opinion s’allonge de jour en jour. Même le fichier électoral, pourtant étiré à l’extrême par une fraude industrielle et méthodique, ne connait pas un tel accroissement. C’est le constat fait par l’ONG Amnesty International. « L’Algérie, c’est la Corée du Nord. La bombe atomique et la fascination internationale en moins » s’alarme l’ONG dans un rapport. « La liste des personnes emprisonnées est longue comme un fichier AADL. L’avantage c’est que les souscripteurs sont vite logés : Une cellule de 4 m² pour 6 individus à la prison d’El Harrach » constate-t-on dans le rapport qui précise que la direction du pénitencier « a tout le mal du monde pour trouver une place aux nouveaux arrivants. « Il n’est pas à exclure que la 3issaba soit libérée pour laisser place aux détenus d’opinion, toujours plus nombreux » suppute le rapport. Amnesty International prévoit qu’il y aura plus d’Algériens en détention qu’en liberté d’ici 2020. « Si la cadence des emprisonnement reste la même, plus la moitié des Algériens sera embastillée avant la fin de l’année ». L’autre moitié sera libre dans une prison de 2 millions de mètre carrés, sous la surveillance d’un geôlier prénommé EL Gaïd.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut