Vous êtres en train de lire
Présidentielle : il y a plus de candidats que de votants

Présidentielle : il y a plus de candidats que de votants

La rédaction
candidats

La présidentielle du 12 décembre s’annonce rocambolesque. Refusé par les Algériens, le scrutin le plus important de l’histoire de l’Algérie après l’élection du représentant de votre comité d’immeuble risque de ne pas mobiliser grand monde. En effet, selon un récent sondage, il y aurait plus de candidats que de votants.

106. C’est le nombre de personnes ayant formulé leur intention de se présenter à l’élection présidentielle prévue le 12 décembre (brebbi nshallah). Parmi ces prétendants engoncés dans des costumes de mariés, il y a certes des hurluberlus dont l’unique but est d’amuser la galerie. Mais tous ne sont pas des clowns. Beaucoup sont de sérieux FDP. A l’image de Benflis ou de Tebboune. D’autres sont les deux à la fois, clown et FDP, comme l’était en son temps Abdelmalek Sellal, à l’instar du « doctour » Farès Mesdour.

S’il y a assez de candidats pour tenir le simulacre du 12 décembre, il n’en est pas de même pour les électeurs. En effet, selon un sondage la quasi totalité des Algériens refusent de participer à ce qu’ils considèrent comme un remake du 5e mandat sans Boutef. Il y aurait très exactement 37 personnes prêtes à aller voter le 12 décembre prochain. Parmi elles quatre militants FLN dont Ibtissem Hamloui, trois cachiristes invétérés, Rabah mon voisin attardé et les deux épouses de Bakhlili.

Lire aussi
teboune

Gaïd Salah ne votera pas

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le nom du chef d’état-major ne figure pas dans la liste des votants. Contacté par nos soins, le général a confirmé ses intentions de boycott. « Le 12 décembre, j’ai ma séance de fitness. Mais vous imaginez bien que je ne suis pas con au point de voter dans un scrutin dont j’ai fixé moi-même le résultat ? » s’explique-t-il, en mâchant ses mots comme si c’était du méchoui. Par ailleurs, la probable défection des électeurs ne semble pas le déranger outre mesure. « Depuis quand a-t-on besoin d’électeurs pour élire un président en Algérie ? » s’interroge-t-il ironiquement.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut