Avec la saison estivale qui bat son plein, les algériens établis à l’étranger se bousculent aux portes des compagnies aériennes pour trouver moyen de poser les pieds sur le sol national et y passer quelques jours de vacances bien méritées au milieu de la famille et des amis que souvent, ils ne voient qu’une fois dans l’année.

Cependant, passer des vacances « au bled » en partant avec la compagnie nationale « Air Algérie » ne rime pas toujours avec confort et facilité. Encore moins avec économie, lorsqu’on connait le prix des billets d’avion à cette période. Cela n’empêche pas nos compatriotes de franchir le pas pour rester fidèles aux traditions du retour au pays. Sauf que, bien souvent, ce retour est marqué par des mésaventures avec Air Algérie, qu’aucune autre compagnie au monde ne « propose » dans son offre de voyage.

Le poids des bagages : le grand dilemme

Dernière mésaventure connue en date concerne un compatriote résidant à Lille et qui s’apprêtait à rejoindre sa ville natale à Blida via le vol d’Air Algérie assurant la liaison Lille-Alger. Notre infortuné voyageur se présente donc au guichet d’enregistrement de l’aéroport de Lille, accompagne de sa femme et de ses trois enfants âgés de 3 à 12 ans. Comme tout le monde le sait, la plus grosse peur d’un algérien au moment de prendre l’avion n’est pas le mal de l’air, ni la crainte d’un crash, mais plutôt le poids total de ses bagages qui, souvent, dépasse largement la limite autorisée et provoque des querelles interminables avec les agents aéroportuaires qui demandent ainsi le paiement du surplus.

Notre ami que nous appellerons Djamel, s’est donc présenté au comptoir avec sa famille et ses bagages. Le pesée des bagages en soute s’est miraculeusement bien passée puisqu’il était dans limité autorisée et avait même 12kg de moins que cette limite. En revanche, les choses se sont corsées lorsque l’agent lui a demandé de peser ses bagages cabines dont le poids unitaire ne devait pas dépasser les 10kg. D’abord surpris par cette demande car habitué à ne pas peser ces bagages à mains, Djamel s’exécute et malheureusement pour lui, le poids total de ses bagages en cabine dépassait la limite. L’agent en question lui demande alors d’envoyer un ou deux bagages en soute, mais Djamel refusa en prétextant que les objets contenus dans ces valises étaient trop fragiles ou trop précieux. Il essaie d’insister pour que l’agent ferme l’œil sur le dépassement mais rien à faire.

Finalement, après plusieurs échanges, l’agent d’enregistrement appelle le chef d’escale d’Air Algérie et lui expose le problème. Ce dernier, visiblement pressé d’en finir pour faire partir l’avion à l’heure, propose tout simplement à Hamid d’envoyer son fils de 3 ans en bagage en soute. Pour cela, il suffisait de lui donner une couverture (offerte par Air Algérie) pour se protéger du froid. Le chef d’escale a même poussé le culot jusqu’à dire à Hamid que même si son fils dépassait les 12kg, Air Algérie se ferait un plaisir de lui offrir le surplus du poids.

Sous le choc de la proposition Hamid, dont la santé était déjà fragile a subi un malaise et a été transporté à l’hôpital. Le voyage a été annulé et le vol est tout de même parti sans la Hamid et sa famille.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

En plein vol, un avion d’air Algérie vidange ses toilettes, au-dessus d’un festival en Bretagne

Faut-il en rire, s’en étonner ou s’en offusquer ? ce que vient…

Maroc : préparée par erreur avec des feuilles de cannabis; une h’rira transforme un mariage en chaos général

Il aura fallu plusieurs heures à la police pour remettre les choses…

Ecole des pilotes d’Air Algérie : le major de promo vient de finir sa formation avec 2 ans de retard

La 39ème promotion de l’école des pilotes et techniciens de navigation d’Air…

[Insolite] Pressé par sa mère, Il oublie de mettre "جمعة مباركة" sur son mur facebook

Abdelkader Nahassi, 22 ans, habitant à Tiaret et chômeur de son état ;…