L’Algérie vient à nouveau de marquer l’histoire du sport en décrochant la deuxième étoile africaine en tant que champion d’Afrique des nations 2019, 29 ans après le 1er sacre à Alger. Une très belle réussite du sélectionneur national Djamel Belmadi qui a su redonner des couleurs à une sélection qui commençait à perdre de son aura sur le plan international après avoir brillé il y a 5 ans lors de la coupe du monde.

C’est donc plus de 42 millions d’algériens ont simultanément explosé de joie au coup de sifflet final de la rencontre face au Sénégal, délivrant ainsi tout un pays qui cherchait à souffler un peu à travers le sport-roi. Les jeunes joueurs de Belmadi ont aussi exprimé leur joie immense sur le terrain en allant saluer le public des tribunes et en brandissant la coupe avec fierté et joie. Une joie tellement intense que certains d’entre se sont laissé aller à des agissements pour le moins bizarres, à l’image d’Islam Slimani qui a marqué les esprits des téléspectateurs en s’adjugeant la coupe à lui seul, privant ainsi ses coéquipiers du bonheur de la porter. Une situation qui a perduré même après le retour à Alger.

La coupe prise en otage par Slimani

L’attaquant de l’équipe national, qui a très peu joué durant cette compétition, a donc littéralement « kidnappé » la coupe d’Afrique et l’a gardée chez lui, à Ain Beniane (Cf. article d’El-Manchar du 21/07). La fédération, les joueurs et le staff technique pensant que c’était son tour de garder la coupe pour quelques jours comme c’est de coutume ont vite constaté que Slimani commençait à virer kidnappeur lorsqu’il a refusé de répondre aux sollicitations de la FAF qui lui demandait de la donner à Attal dont c’était le tour pour la garder. Notre avant-centre s’est réfugié dans un silence de mort avant de déclarer publiquement via son compte tweeter qu’il avait décidé de garder la coupe.

Aussitôt alertée, la fédération en fait part à la Police. La DGSN et l’état-major de l’armée décident de lancer une opération récupération en mobilisant les gros moyens, à savoir, le BRI et les force de Sa’iiqa, rendues célèbres par les chants du hirak. Les hommes des deux unités d’élite de la sécurité sont arrivés très tôt ce matin devant le domicile et leurs négociateurs sont en pourparlers avec Slimani qui refuse toujours de sortir et encore moins de rendre la coupe, sauf à accéder à ses conditions : une rançon de 2 millions d’euros et une place de titulaire indiscutable en EN.
Djamel Belmadi et Kheireddine Zetchi sont attendus sur place dans quelques temps pour essayer de voir comment délivrer dame coupe.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

Djamel Belmadi arrêté par des agents en civil à Sidi Moussa

Djamel Belmadi a été arrêté par les forces de l’ordre mardi soir,…

Finale 1500m : Makhloufi “Je vais courir comme un manifestant pourchassé par les flics”

Le champion olympique du 1500 m s’est qualifié hier soir pour la…

Appel à témoins pour la disparition inquiétante de Ali Bencheikh

Un appel à témoins est lancé par la police pour la disparition inquiétante de l’ex international algérien Ali…

Ben Cheikh "Belloumi avait le niveau de Messi. Et moi j'étais meilleur que Belloumi. Wel fahem yefham"

L’analyste sportif et ancien joueur de la « mythique » équipe de…