Vous êtres en train de lire
Alger : il lève le bras pour s’accrocher dans le métro et provoque 24 cas d’évanouissement

Alger : il lève le bras pour s’accrocher dans le métro et provoque 24 cas d’évanouissement

La rédaction
metro

L’été est arrivé, et avec lui, les joies des vacances et du repos pour la plupart d’entre nous. C’est aussi synonyme de détente, de sorties nocturnes en famille ou entre amis, pour arpenter les rues et les fronts de mer à la recherche de distractions pour grands et petits. L’été est aussi synonyme de chaleurs fortes, accompagnées d’un taux d’humidité élevé provoquant des sensations désagréables dues à la transpiration continue.

En dépit de l’existence de solutions provisoires qui repoussent les conséquences de la transpiration excessive, tout le monde n’est pas encore prêt à y recourir, soit par manque de moyens, soit tout simplement par négligence. Et peu importe si cela peut aller jusqu’à provoquer le malaise aux autres. C’est ce qui est arrivé tout récemment dans le métro d’Alger.

« Ce sont des gaz toxiques »

Mardi dernier, il était 13h30 à Alger. Dans le métro particulièrement bondé, le signal d’alarme est tiré dans l’une des rames à la station Khelifa Boukhalfa. Raison : des malaises voyageurs quasi simultanés dans l’un des wagons du métro. En effet, au moment où le train démarrait, plusieurs personnes ont commencé à présenter des signes de malaise. Très vite, les 1ères victimes tombent dans les pommes, essentiellement des femmes. C’est la panique générale. Un voyageur tire le signal d’alarme mais, manque de chance, le train avait commencé à bouger. Il devait donc atteindre la station suivante pour que le conducteur vienne constater ce qui se passe. Pendant ce temps, les malaises de multiplient.

Lire aussi
inondations

A la station Tafourah, le métro s’arrête et un invraisemblable mouvement de foule se fait. Tout le monde cherche à sortir au plus vite. Les pompiers arrivés rapidement prennent en charge les victimes. On dénombre 24 cas d’évanouissement parmi les voyageurs. Très vite, les témoignages fusent et la police identifie la source du problème. Il s’agit en effet d’un homme d’une trentaine d’années, monté dans le métro à la station Khelifa Boukhalfa. Vêtu d’un débardeur, il était debout au milieu du wagon. Au moment où le métro commence à bouger, il lève le bras pour s’accrocher à la barre horizontale du plafond et c’est là que, de son aisselle, se dégage, « non pas une odeur d’aisselles, mais des gaz toxiques » selon une dame qui était présente. L’homme en question est arrêté par la police. Il avouera qu’il n’avait pas pris de douche le matin avant de sortir car il était en retard pour le travail. Il sera présenté devant le juge pour « mise en danger d’autrui ».

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut