En train de lire
Amar Ghoul anticipe son sort et se dirige directement vers El-Harrach sans passer par le tribunal

Amar Ghoul anticipe son sort et se dirige directement vers El-Harrach sans passer par le tribunal

La rédaction

Certains l’ont surnommé « la valse des condamnations », d’autres « le ballet des fourgons pénitentiaires » ou encore « Caravan to El-Harrach ». les expressions pour qualifier la séries d’expéditions rapides d’anciens hauts responsables et hauts dignitaires du pays vers la prison d’El-Harrach suscite beaucoup d’imagination et de bonheur parmi les citoyens.

Ainsi, la cours suprême ainsi que le tribunal de sidi m’hamed ont offert au peuple algérien le « spectacle » dont il rêvait depuis de longues années, celui de voir les personnalités fortes du régime, embarquées manu militari vers leur cellule Harrachienne, après avoir été placées en détention provisoire. Tahkout, Ouyahia, Sellal en sont une petite partie d’une longue liste qui semble ne pas vouloir se terminer. En effet, de nombreux autres personnages vont subir le même sort dans les jours à venir au point d’imaginer que la prison d’El-Harrach ne suffira plus pour les contenir.

Les suivants anticipent déjà leur sort

Dans cet élan de faucheuse judiciaire, un certain nombre de personnalités se sachant tôt ou tard concernées par une convocation devant la justice, a préféré anticipé son sort et s’éviter ainsi une humiliation publique telle que Ahmed Ouyahia l’a vécue hier à la sortie de la cour suprême.

Lire aussi
algerie-drapeau

Ainsi, nous avons appris ce matin que, sentant le sort qui l’attend, l’ancien ministre des travaux public et président du parti TAJ, Amar Ghoul, a préféré anticiper les choses et éviter la case « tribunal », en allant directement se présenter auprès des geôliers d’El-Harrach, pour rejoindre ses anciens camarades et amis dans les affaires.

En effet, les gardiens ainsi que le directeur de l’établissement pénitentiaire ont été surpris de voir Amar Ghoul pointer son nez ce matin à 9h, en toute discrétion (il était emmitouflé dans un hayek et portait un couffin semblable à celui qu’apportent les femmes à leurs conjoints ou enfants détenus). Ce n’est qu’une fois à l’intérieur que les gardiens découvrent qui était derrière ce aadjar. Amar Ghoul explique alors à ces derniers et au directeur qui a été appelé en urgence qu’il voulait éviter la case « tribunal » et la honte qui s’en suit, et est venu se présenter de lui-même pour se faire coffrer avec sa bande. On ignore s’il sera obligé d’aller tout de même devant le juge, mais nous savons déjà qu’il s’agit d’une pure formalité.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut