Corpulence à part, Ahmed Gaïd Salah est sans nul doute le nouvel homme fort de l’Algérie. C’est donc tout naturellement que je suis allé une nouvelle fois à sa rencontre dans son bureau avenue Ali Khoudja, en espérant que cela m’épargnerait le tribunal militaire de Blida.

Quand on m’a introduit dans son bureau, le fariq était occupé à jouer aux fléchettes. Vautré dans son fauteuil, il tirait avec une agilité surprenante ses projectiles sur une cible rayée rouge et blanc parsemée de photos. Au centre, la photo de Bouteflika entourée de celles de Saïd, de Toufik, et de Tartag et puis pleins d’autres, à mesure qu’on allait vers la périphérique de la cible, disposées selon leurs importances en cercles concentriques. Au moment où j’allais tousser pour signaler ma présence au général affairé à épingler ces souffre-douleurs picturaux, une fléchette est venue se planter dans un bruit sec sur le nez de Bouteflika. C’est alors qu’il se tourne dans ma direction sur son fauteuil pivotant, ôte son képi, et m’invite à prendre place d’un geste de la main.

Bonjour mon général, vous êtes très doué au jeu des fléchettes
Oui. C’est distrayant. Mais détrompez-vous mon fils ce n’est pas un jeu. C’est ainsi que je choisis les personnes que je fais arrêter.

Au temps pour moi, mon général. Je voudrais commencer cette interview par une question débile. Comment ça va avec le ramadan ?

C’est dur. Presque aussi dur que la lecture d’un discours. J’essaie comme tout le monde de tuer le temps en attendant le ftour. Je joue à Snake sur mon 3310. Je fais la sieste. Je fais du coloriage. Avant de devenir président, je passais des heures à rouler en voiture pour passer le temps. Une fois j’ai été jusqu’à Ouled Djellal pour acheter du lben, et des diyoul. Aujourd’hui ce n’est plus possible, c’est Abdelkader Bensalah qui, en plus de laver ma voiture le week-end, est chargé de faire mes courses. Mais mon passe-temps favori c’est envoyer des convocations aux connards que vous voyez sur cette cible.

Beaucoup d’Algériens voient d’un œil suspect votre intrusion dans le jeu politique. Qu’est-ce que vous avez envie de leur répondre ?

Je tiens d’abord à les rassurer. Je n’ai nullement l’intention d’instaurer une dictature militaire. On y est déjà. Depuis 1962. S’ils trouvent encore à redire, je leur promet un tour au commissariat de Baraki. Ou le tribunal militaire de Blida, même si c’est moins sexy.
Sinon, je voudrai aussi remercier les Algériens de m’avoir permis d’éliminer mes adversaires. Sans eux, je serais resté l’homme insignifiant et veule que j’ai toujours été.

Votre discours du mardi était très attendu, pourquoi ne l’aviez donc pas tenu au grand dame des cireurs de rangers?

J’ai la flemme. Pendant le ramadan, je n’ai qu’une envie : Manger. Les onze autres mois de l’année aussi. Donc impossible de faire quoi que ce soit. Le soir, quand je ne mange pas, je regarde le feuilleton “Wled lahlal” sur Echourouk. L’épisode de “wled lahlal” ne durant pas plus de 10 minutes, je vous laisse devinez l’ampleur de mon appétit.
Tout ça pour vous dire que je n’ai ni le temps ni l’envie de faire des discours. Et puis, j’en ai assez de m’entendre dire la même chose. “Bla bla bla mission constitutionnelle de l’armée bla bla élection 4 juillet bla bla bla”. Pas vous ?

Sauf votre respect, mais je dois reconnaître…Un peu oui…
Très bien. Vous avez une photo d’identité sur vous ?

Non ! Pourquoi ?
Vous passez alors au troisième bureau à droite pour qu’on vous prenne en photo. J’ai soudain l’irrésistible envie de vous intégrer à mon jeu de fléchette.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Houda Imane Feraoun dément et rassure "je sais que le porno est important pour les jeunes"

La censure des sites pour adultes, évoquée ces derniers jours par le…

Air Algérie appelle ses clients à acheter leurs propres Boeing pour rentrer en Algérie

Air Algérie vole aussi bien sur terre que dans le ciel. En…

En prison, Ali Haddad réalise son rêve : Devenir professeur de Latin

Sa vie a été rythmée par les marchés publics et les barils…