La députée et président du parti « El bayane wa El aadala », Naïma Salhi a été admise hier en urgence à l’hôpital Zmirli à El-Harrach (Alger) après un accident domestique survenue alors qu’elle faisait le ménage. Cette admission fait suite à un violent traumatisme crânien subi par la députée, après avoir heurté la cuvette des WC.

Alertés par ses voisins, hier vers 10h du matin, les éléments de la protection civile se sont déplacés au domicile de la femme politique, accompagné de policiers, et ont dû casser la porte d’entrée afin d’y accéder, avant de retrouver Naïma Salhi étendue sur le sol, une balayette à la main et une chaise renversée à côté d’elle. Les voisins qui ont été interrogés ont déclaré avoir entendu un objet lourd tombant au sol, provocant même un léger séisme qui a fait vibrer la vaisselle chez eux. Ils ont immédiatement compris que quelque chose était arrivée à leur voisine qui ne répondait plus aux appels.
Admises aux urgences, Naïma Salhi a passé presque 18h dans le coma avant de se réveiller ce matin vers 8h, avec d’étranges séquelles.

« Azul fellawen, nekini Naïma Salhi »

L’équipe médicale qui a suivi le cas de Naïma Salhi à l’hôpital a été donc surprise ce matin de voir la femme se réveiller de son coma et se mettre à leur parler…en kabyle. Une situation étrange que les médecins sont incapables d’expliquer.

En effet, dès son réveil, l’infirmière qui venait de prendre son poste auprès d’elle a été surprise de la voir ouvrir les yeux, puis de l’entendre prononcer des mots en kabyle. L’infirmière interrogée par nos soins, affirme qu’elle a d’abord cru avoir mal entendu, avant de se rapprocher de la patiente et de l’entendre lui dire texto « azul fellawen, nekini Naîma Salhi » (traduisez : salut à tous, je suis Naïma Salhi). N’en croyant pas ses oreilles, l’infirmière courre chercher le médecin en poste qui lui aussi fait le même constat : Naïma Salhi s’adresse à lui en kabyle.
Les choses ne se sont pas améliorée dans la journée puisque Mme. Salhi s’est mise à débiter des conversations entières en kabyle, elle qui n’a jamais prononcé un mot dans cette langue, et pire encore, qui voue un mépris total à tout ce qui est kabyle. Ses récentes sorties sur les réseaux sociaux le confirment.

Cet après midi, nous avons appris qu’elle est sortie de l’hôpital en saluant tout le monde en kabyle. Les médecins ont tenté d’expliquer cela par le fait que le traumatisme crânien subi était tellement violent qu’il a remis certaines cellules cérébrales à leur place dans la tête de Naïma Salhi. Reste à savoir si celle-ci va désormais pouvoir danser le kabyle comme Massa Bouchafa. Cela n’étonnera personne si ça devait arriver.

0 commentaire
  1. DANS UNE ALGÉRIE CIVILE, LIBRE ET DÉMOCRATIQUE OÙ IL FAISAIT BON VIVRE, SA FILLE ÉPOUSA SON PETIT-AMI KABYLE. ILS VÉCURENT HEUREUX, EURENT BEAUCOUP D’ENFANTS. NAIMA FUT UNE DOUCE GRAND-MÈRE ET UNE COUGAR IMPITOYABLE !

  2. Les voies du Seigneur sont impénétrables
    Disons un “Débouchage ” linguistique antérieur (peut être)

  3. Dommage qu’elle n’a pas perdu complètement le parole, il aurait fermé sa gueule une bonne fois pour toute. On se serai passé de sa diarrhée verbale.

  4. – “La langue de l’amitié n’est pas composée de mots mais de significations”. (dixit : Henry David Thoreau)
    – “Parler une autre langue est posséder une deuxième âme”. (dixit : Charlemagne)
    – “Une langue différente est une vision différente de la vie. (dixit : Federico Fellini)
    – “Il devrait n’y avoir aucune discrimination envers les personnes de langues, de couleur de peau ou de religion différentes”. (dixit : Malala Yousafzai)
    – Etc …
    et enfin et surtout …
    “Celui qui n’aime pas sa propre langue est pire qu’un animal et un poisson malodorant”. (dixit : Jose Rizal)

  5. Tout ce qui est dans les cieux et sur terre est création ou volonté de Dieu, les langues n’échappent pas à cette règle. Outre moyen de communication prescrite, imprimée dès la naissance dans nos gênes par l’expression de nos mamans, la langue sert d’outil pour enrichir la connaissance, forger notre personnalité et modifier notre conscience à venir avec les jours qui passent et qui ne reviennent jamais.
    Nous formons des liens avec autrui afin que nous puissions partager certaines pensés ou émotions et fuir la prison sans murs de la solitude.
    Le seul artifice d’extirper sa peine semée dans son âme est de la partager avec un autre soi-même. La joie n’est bonheur que si elle est étalée devant ses semblables. Réaliser un rêve ou projet sans associer ses pairs n’est que chimère. Le tout par le langage de la parole.
    Nous écrivons aussi, pour informer ou pour le plaisir de penser nos pensées à livrer à autrui, nous mettons nos langues aux bouts des doigts de l’aveugle pour déchiffrer nos idées sous le code du braille.

    Les mots sont aussi une arme de démolition et de destruction …

  6. Celle qui se vantait d’être la descendante du prophète ???
    Il ne faut pas s’étonner si elle s’est exprimée en Arménien.

  7. @Safi avril 19, 2019 à 10:52 Bonjour,
    Avant de retrouver la langue de ses ancêtres, elle s’exprimais pas en Arménien langue des Arabes de l’époque du prophète (SWS) mais en “Arabe Classique” inventée environ 02 siècles après la mort de Mohammed (SWS) au temps des fameux califes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

Ben Cheikh "Belloumi avait le niveau de Messi. Et moi j'étais meilleur que Belloumi. Wel fahem yefham"

L’analyste sportif et ancien joueur de la « mythique » équipe de…

Eric Zemmour fait une tentative de suicide en découvrant qu'il est d'origine algérienne

Le polémiste très français, Eric Zemmour, a tenté de mettre fin à…

Benyoues "Il faut non seulement dire Son Excellence mais aussi رضي الله عنه en parlant de Bouteflika"

Dans une interview accordée au magazine Le Brosseur, l’ancien ministre Amara Benyounes…

Le ministère de la santé recommande la consommation de bromure anaphrodisiaque pour accompagner le retour d'Internet en Algérie

Il y a dix jours l’Algérie vivait sa période la plus sombre,…