Dans une nouvelle lettre adressée ce matin au peuple algérien, le clan Bouteflika s’est une nouvelle fois voulu rassurant quant à sa volonté de ne pas s’accrocher aux manettes du pouvoir, ni de s’agripper aux pattes du Koursi. En effet, selon les auteurs anonymes de la lettre, la demande de prolongement du quatrième mandat présidentiel ne serait aucunement liée à une perverse manoeuvre politicienne visant à maintenir la même caste aux affaires gouvernementales, tout en faisant mine d’acquiescer aux demandes du peuple par l’intermédiaire d’une conférence nationale bidon. L’explication est en réalité beaucoup plus simple et relèverait plutôt d’un problème d’hébergement. En effet, contactées par des émissaires officieux du régime, parmi lesquels figure Lakhdar Brahimi, les Poubelles de l’Histoire (PdH) auraient opposé une fin de non recevoir à toute demande de logement permanent du régime algérien actuel. Ce dernier compte en effet une collection rarement vue de requins, trafiquants, escrocs, truands, crapules et lèche-culs en tous genre, ce qui cause un évident problème d’espace au niveau des PdH déjà forts encombrées.

Au vu de l’important contingent d’individus qu’il faudra accueillir, la réalisation de plusieurs travaux de réaménagement et d’agrandissement s’avère donc nécessaire avant toute opération de transfert. La présence de Baha Tliba dans le lot des nouveaux résidents pose à lui seul un défi architectural et ergonomique de taille, puisqu’aucun des aménagements actuels ne serait adapté à sa corpulence. D’où le délai minimal d’un an qui a été exigé par l’architecte en chef des PdH et qui force le clan Bouteflika à squatter le Palais d’El Mouradia pour encore plusieurs mois. « Le peuple algérien n’a aucune raison de s’inquiéter », peut-on cependant lire dans la lettre présidentielle. « À la limite, considérez notre présence comme une colocation temporaire un peu encombrante qui, on vous le concède volontiers, ne vous arrange pas vraiment. Mais nous allons essayer de nous faire tous petits et vous déranger le moins possible. Dans la perspective de notre déménagement, nous prendrons soin à ne pas faire de bruit lors des déplacements de nos coffres forts et autres biens confisqués ». Malgré le ton rassurant et conciliant de la lettre, le peuple ne semble pas dupe. Les premières réactions courroucées de la rue n’ont d’ailleurs pas tarder à fuser: « On a dit yetnehhaw gaâ! ça impliquait qu’ils dégagent maintenant, pas l’année prochaine! Et pas question qu’ils se débinent avec la cagnotte, on veille au grain! » a ainsi répliqué un jeune algérois interrogé à la sortie d’un café. Selon l’ambiance générale qui règne à travers tout le pays, la manifestation du prochain vendredi devrait en effet continuer à valider cet état d’esprit combatif!

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

La fille cachée de Louisa Hanoun et de Ali Belhadj devenue ministre aujoud'hui

C’est une histoire tellement farfelue que si quelqu’un l’aurait conté il y…

Qui est Ali Ghediri, le candidat à l’élection présidentielle ?

Wellah même nous on ne le connaît pas.

5 candidats qui pourraient battre Bouteflika en 2019

L’échéance présidentielle est pour bientôt, et contrairement à Bouteflika, elle avance à…