Le nombre de chiyatine en déclin, l’usine Bellat risque de fermer pour manque de clients

La rédaction
bellat

Depuis le début des constatations en Algérie, le nombre de chiyatine ne cesse de diminuer, pratiquement aucun n’ose se montrer, contrairement à avant où certains déclaraient publiquement que Bouteflika est un prophète envoyé de dieu pour sauver l’Algérie et d’autres demandaient d’ériger une statue en or à l’effigie du maître suprême.

Les partisans du 5e mandat, plus connus sous le nom des « chiyatines » n’ont cessé de clamer l’importance de fakhamatouhou dans la stabilité du pays et de leur porte-monnaie, au point où même mort, ils seraient prêts à voter pour lui.

Affaiblie par sa maladie, Abdelaaziz Bouteflika, n’a même pas pu prendre part à sa propre campagne présidentielle, ceci n’a absolument pas empêché l’imagination débordante de chiyatines de trouver une solution et d’y remédier rapidement à ce très léger souci, en utilisant le cadre du président comme représentant officiel lors de rassemblement des partis de la coalition et des adeptes du cachir.

Disparition totale des « chiyatines », seuls clients de l’usine Bellat

Lire aussi
rezig

L’Algérie connaît actuellement une série inédite de manifestations, réclamant le retrait de la candidature de Bouteflika au 5e mandat, mais aussi le départ de tout le système, dès lors aucun chiyate n’a osé prendre la parole sur les télés poubelles. Certains malins n’ont plus donné signe de vie et observent depuis les coulisses les changements futurs, pour décider quel bord choisir.

L’usine Bellat, qui a fait un chiffre d’affaire colossale durant les 4 dernières campagnes électorales, traverse en ce moment une crise économique sans précédent, n’ayant plus de chiyatine dans les parages, aucune vente de cachir n’a été enregistré depuis le début des manifestations. Le propriétaire de l’usine a déclaré récemment qu’il regrette d’avoir investi dans le cachir, la « garantita » aurait été plus sécuritaire.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut