« Hôpitaux Universitaires de Genève, bonjour, je vous écoute !
Oui, bonjour madame, je vous appelle d’Algérie pour avoir des nouvelles de notre président de la République qui est hospitalisé chez vous. Pouvez-vous me dire si M. Bouteflika est toujours vivant ?
Désolée monsieur, je ne suis pas autorisée à vous communiquer ce genre d’informations. Et vous n’êtes pas le seul à nous l’avoir demandé.
Oui je sais madame, il a dû y avoir des centaines d’appels comme le mien, mais vous comprenez, c’e… !
Des centaines ? non monsieur, ce sont des milliers d’appels que nous recevons tous les jours pour nous poser la même question. Svp, arrêtez ça, nous n’en pouvons plus. »

C’est ainsi que la standardiste des HUG vient de rejoindre 5 autres de ses collègues qui ont fait un burn-out cette semaine à cause de ce type d’appels. Les algériens ne lâchent rien et veulent absolument savoir dans quel état se trouve leur président. Les Suisses, quant à eux, n’en peuvent plus. Le ministère helvétique des télécommunications vient de saisir son homologue algérien.

Le ministère algérien des PTT réagit officiellement

A peine la doléance du ministère suisse parvenue à son homologue algérien que la ministre, Houda Feraoun a décidé de réagir et de manière directe et concrète. Pour ce faire, elle directement ordonné au PDG d’Algérie Télécoms ainsi qu’aux opérateurs de téléphonie mobile de couper tout réseau de communication entre l’Algérie et Genève, que ce soit via les lignes fixes ou les lignes mobiles. Exception faite des lignes des ministères régaliens (AE, Défense, Intérieur, Finances) ainsi que la présidence de la République et les domiciles des grands commis de l’Etat. Sans oublier la famille du président de la République.

Ainsi, depuis ce matin, il est impossible de joindre une ligne téléphonique genevoise depuis l’Algérie. Les algériens qui souhaitaient donc appeler l’hôpital ne peuvent plus le faire dorénavant et jusqu’à nouvel ordre. Mais d’ores et déjà, des solutions alternatives sont en cours de déploiement par la population. A titre d’exemple, un citoyen a réussi à appeler son frère à Genève sur Viber et lui a demandé de se déplacer à l’accueil de l’hôpital et de passer son portable à la standardiste pour lui poser la même question que ces concitoyens. Les Suisses sont désemparés et réfléchissent à couper même la liaison internet avec l’Algérie, ou à défaut, de renvoyer Bouteflika. Ça serait donc la grande victoire du peuple qui aura concrétisé l’adage « Samet yeghleb leqbih ».

5 commentaires
  1. Comme si cette pratique allait changer quelque chose à la santé du président, ceci prouve tout simplement que nos responsables sont de plus en plus bêtes.

  2. Faut dire qu’il y a un élan affectif et un sentiment de patriotisme, on veut connaitre le secret Bouteflika. Tout comme pour tous les autres chef d’état. Même la mort de Boume diène est restée mystérieuse et longtemps cachée pour “préparer le nouveau regime ” .
    Entre temps le peuple en a tiré des leçons de l’histoire et réaffirme sa volonté d’autodétermination et dans l’enjeu d’un nouvel ordre mondial.Pourquoi gardez vous notre président ou ancien président ou tout simplement un citoyen Algérien , un acteur politique et historique comme tant d’autres caché .Nous voulons le voir c’est notre droit.
    LE PEUPLE ALGÉRIEN EST UN PEUPLE LIBRE DÉMOCRATIQUE ET SOUVERAIN Nous refusons toutes formes d’ingérences dans nos affaires privées. Nous marchons PACIFIQUEMENT pour la deuxième république Algérienne démocratique et populaire.C’est notre histoire qui continue . POURQUOI CELA SUSCITE DES PEURS ET DES APPRÉHENSIONS pour certains régimes.

  3. Trop belle pour jouer aux standardistes ou aux anciennes aiguilleuses des PTT !

  4. On m’a toujours raconté que la Suisse est un pays très démocratique. Pourquoi, alors, coupe-t-elle seulement les lignes de communication tous types confondus et ferme les yeux sur les south-north streams ? Je veux dire les pipelines unidirectionnels appelés South-north Streams. Soyons plus clairs encore ; il ne s’agit nullement d’oléoducs ou de pétrole, mais de pétrodollars !

    Les mauvaises langues disent que, lorsque elle ordonné la coupure des télécoms vers la suisse, Mme Houda Feraoun se trouvait dans un sauna.

    Vous savez, le hammam ou, à défaut le sauna, c’est le lieu de prédilection des maghrébines pour bavarder de tout et de rien. Elle a été folle de rage contre elle-même, quand soudain, son téléphone cessa de marcher et la priva de raconter l’état ‘’d’alacrité’’ excellente (Voir Dr F. Hollande) du président Boutef à toutes les femmes de son quartier à Alger.

    Résignée, elle lança à ses copines : que je suis bête, je devais rester belle et me la fermer jusqu’à la fin de notre bain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…

Champs-Élysées : Saidani sort sa darbouka pour mettre l’ambiance à la manifestation des gilets jaunes

Décidément, les Gilets jaunes ne lâchent pas. Comme chaque samedi, des milliers…

Les conteneurs d’ordures saisis étaient de la matière première destinée à la production des articles d’Ennahar

Les services des douanes du port de Béjaïa ont opéré, cette semaine,…