Au lendemain de la date limite de dépôt des candidatures à la présidentielle de 2019, le conseil constitutionnel a enregistré une dizaine de dossiers. Des candidats divers et variés se sont déclarés. Et bien évidemment, le lot de surprises n’a pas manqué à cette étape cruciale dans le processus électoral.

Entre les candidats classiques, comme Omar Bouacha ou Ali Fawzi Rebaine, habitués depuis des années à venir gratter quelques sous piochés dans la tirelire électorale, la plus grosse surprise a été celle de Rachid Nekkaz qui, au lieu de venir par lui-même déposer le dossier, a préféré envoyer un cousin qui porte les mêmes noms et prénoms. Devant la surprise générale et la stupéfaction des journalistes sur place, le gars en question n’a eu aucun mal à expliquer sa présence en lieu et place du véritable candidat. Même le conseil constitutionnel, garant du bon déroulement juridique de cette élection n’a pas trouvé quoi dire et à la surprise générale, a accepté de recevoir la candidature de Nekkaz 2. Pressé par les journalistes pour s’expliquer sur cette situation ubuesque, le président du conseil constitutionnel a fini par craquer

« J’ai prêté serment un livre de recettes de cuisine »

Interrogé par notre journalise, le président du conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz, a fait un aveu incroyable. En effet, M. Belaïz qui a été nommé président du CC tout récemment, après le décès de Mourad Medelci, a dû prendre ses fonctions de manière précipitée, vue l’urgence de la situation du moment. Il fallait à la fois trouver une personnalité « qualifiée » pour prendre la tête de l’organe qui est garant du bon déroulement des élections, mais aussi quelqu’un qui soit fidèle au président de la République et qui serait capable d’assumer publiquement toutes les anomalies liées à sa candidature, mais aussi d’engager les procédures à même de décrédibiliser les autres candidats.

« de ce fait, précise Belaïz, devant tout de même prêter serment devant le président de la République et devant le peuple, et conscient que j’allais valider des choses non valables, j’ai demandé et obtenu que je fasse mon serment sur un livre de recette de cuisine et non pas sur le Coran comme c’est l’habitude. Cela a l’avantage de me poser beaucoup moins de cas de conscience au moment de valider les candidatures et surtout de proclamer les résultats. Et pour votre petite information, le livre sur lequel j’avais posé ma main était « les recettes de Samira », un exemplaire la chaine Samira TV a bien gentiment voulu nous prêter puisqu’il a une couverture qui rappelle celle du Coran. D’ailleurs, ça m’a beaucoup inspiré pour trouver des « recettes » à chaque situation cocasse du processus électoral », conclue-t-il avec un sourire au coin.
On comprend donc pourquoi nous sommes roulés dans la farine depuis le début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…

Champs-Élysées : Saidani sort sa darbouka pour mettre l’ambiance à la manifestation des gilets jaunes

Décidément, les Gilets jaunes ne lâchent pas. Comme chaque samedi, des milliers…

Les conteneurs d’ordures saisis étaient de la matière première destinée à la production des articles d’Ennahar

Les services des douanes du port de Béjaïa ont opéré, cette semaine,…