En train de lire
Le pouvoir fait marche arrière et propose le cadre de Chadli comme candidat

Le pouvoir fait marche arrière et propose le cadre de Chadli comme candidat

La rédaction

Depuis le 22 février, le peuple algérien se soulève partout dans le monde. Alger, Paris, Montréal….Le mouvement s’amplifie avec un seul mot d’ordre : Bouteflika Dégage !

Impuissant, le pouvoir de la corruption régnant sur Algérie depuis 20 ans, vit ses jours les plus sombres. Certains analystes politiques évoquent même « la chute » avant le 18 avril. Face à cette crise politique, le régime n’a qu’une seule carte à jouer : la substitution.

En effet, trouvant « trop con » de tout plaquer (richesse, contrats, liquidités, cocaïne etc…) le clan présidentiel compte négocier avec son peuple ennemi en lui proposant une transition. Un autre candidat, un autre cadre !

« Chadli, au moins c’était rigolo »

Lire aussi
Kamel Rezig

Le pouvoir a donc cédé. Il n’y aura pas le 5ème mandat de Bouteflika, mais plutôt le 4ème mandat du défunt Chadli Bendjedid. « C’est Bouteflika qui cristallise les inquiétudes des manifestants, les Algériens ont un problème personnel avec lui depuis qu’il a baisé Sofia Loren à Paris en 68. Bah, adieu Boutef, l’avenir du pays est notre ex président Rebi Yerahmo, Chadli, lui au moins ils vous faisait rire» assure un communiqué d’El Mouradia. Selon la présidence, il est raisonnable de remplacer un mort par un mort. En effet, Chadli a tout pour plaire, c’était un vrai Moudjaihid, il n’avait pas de problèmes avec la justice et il ne totalise que trois mandats. Un candidat idéal pour le pouvoir.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut