Vous êtres en train de lire
Interview exclusive avec le cadre Bouteflika "Je vis chaque mandat comme si c’était le dernier"

Interview exclusive avec le cadre Bouteflika "Je vis chaque mandat comme si c’était le dernier"

La rédaction

Comme le 5ème mandat s’annonce satirique, le président de la République a choisi le journal le moins sérieux du pays pour donner sa première interview électorale. L’approcher n’a pas été une mince affaire, puisque tous nos rédacteurs sont toujours en vie (jeunesse oblige). On a dû recourir à un medium dont l’incroyable talent est de parler aux morts. Voici en exclusivité notre interview avec le (cadre) président de la République

R.I.P votre excellence, d’abord permettez-moi de vous tutoyer parce que je vousvois pas depuis 5 ans, ça marche ?
Y a pas de soucis, y a pas de soucis, y a pas de soucis…

Super ! Je me présente ; Mr Rouhani, médium chevronné spécialisé dans la communication avec les dictateurs, je fréquente les morts depuis 20 ans, mon dernier entretient c’était avec Staline, il te passe le bonjour.
Je vous connais ! Mais soyez bref svp ! Je dois redescendre à El Mouradia.

Ok. Comment vas-tu ? Ça se passe bien à l’au-delà ?
Je déteste l’enfer. Je m’y rends que pour pointer le matin, après je passe mes journées entre Alger et Genève.

Ça on le sait. Mais vous faites comment, combien de vie possédez-vous en réalité ?
Je ressuscite connard ! Je possède un pouvoir de résurrection instantanée, à chaque fois que je meurs, je rebondis, vous pouvez appeler ça miracle, moi je l’appelle routine. Et puis comme je ne marche plus, c’est difficile pour la mort de me faucher

Mais pourquoi ne vous n’êtes pas passé à l’autre monde, vous allez vous reposer éternellement pourtant ?
Les damnés de l’enfer ont manifesté leur refus de les rejoindre. Le paradis c’est foutu, je n’ai pas l’étoffe. Alors l’Algérie reste mon éternelle demeure.

Pardonnez-moi Mr le président, mais nous non plus, on ne veut plus de vous !
Je me moque éperdument de votre avis, je suis le parton du pays, je suis comme votre belle-mère, ou une leucémie stade 5, vous ne la désirez pas mais il faut faire avec.

Entendu votre majesté. Sauf votre respect, êtes-vous manipulé ? Par un clan, vos frères ou votre petite amie ?
-J’avoue que je suis entouré par des trous du cul dont le diamètre est 10 fois supérieur au mien. Mais c’est ma famille, mes proches, rassurez-vous, eux par contre, ils sont mortels, donc patience.

Vous êtes président depuis 20 ans. Malgré vos bourdes, votre gestion chaotique, votre sacralisation de la corruption, vous tenez toujours, quel est votre secret président ?
Vous êtes en train de parler à un cadre en bois depuis 20 min en pensant que c’était moi-même. Mon secret est la naïveté de mon peuple et sa disposition à la soumission.

Que dit Bouteflika l’homme d’état au Bouteflika cadre ?
Tiens bon et touches du bois en te caressant la nuit, tu peux tenir plus que moi.

Passons aux questions sérieuses, quel est votre chanson préférée ?
My Immortal d’Evanescence, je verse des larmes à chaque fois que je l’écoute. J’adore aussi I Will Survive de Gloria Gaynor .

Lire aussi
rocco

Je sais que vous n’aimez pas donner votre âge réel, mais c’est à combien de chiffres ?
Je suis né en 1939 avant moi-même. Pour le calculer, il vous faut des algorithmes très développés

Vous comptez rester notre président pour combien de temps encore ?
Aucun spoil, pour pas vous gâcher la surprise, mais allez disons que je suis président jusqu’à ce que mort s’ensuive. Donc à jamais.

Beaucoup d’Algériens ont mis des photos de profil noires pour exprimer leur honte et leur immense tristesse après votre candidature. Ça vous fait quoi ?
C’est beaucoup plus original que les photos des chatons ou les acteurs et actrices turcs. Néanmoins, je leur recommande de ne pas verser tous les stocks de la honte et le désarroi qui les envahissent. Gardez-en un peu pour les 10 prochains mandats à venir.

Vous n’avez pas peur que le peuple se soulève, quitte le pays en masses ou se suicide collectivement ?
Si mais je n’ai plus rien à perdre, je suis déjà mort. C’est eux les perdants à la fin.

Vous êtes trop dur votre révérence, quel est votre définition du peuple et du pouvoir aussi ?
Je préfère les garder pour moi, pour pas vous choquer. Allez, je dois me reposer, suspendez moi dans ce mur avant que vous partiez, et n’oubliez pas de voter pour moi, vous trouverez du cachir dans l’isoloir

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut