Vous êtres en train de lire
Hadjar rassure "J’ai parlé avec mes enfants, les cités universitaires en France sont très bien sécurisées"

Hadjar rassure "J’ai parlé avec mes enfants, les cités universitaires en France sont très bien sécurisées"

La rédaction

L’université algérienne pleure ses enfants. En deux semaines, 3 étudiants ont été lâchement assassinés. Une vague de violence sans précédent qui lance légitimement le débat sur la sécurité au sein des pôles universitaires et la responsabilité de la tutelle.
Face aux indignations de la presse et des citoyens, le ministre de l’enseignement supérieur a tenu à rassurer les étudiants ainsi que leurs parents, en donnant ce matin une conférence de presse.

« Ils vont bien, ne vous inquiétez pas »

Fidele à lui-même, Tahar Hadjar s’est montré rassurant dès l’entame de sa conférence de presse. Devant un parterre de journalistes, il sort son téléphone et montre ses derniers appels. « Voilà, les mauvaises langues qui disent que je fous rien, je suis depuis 5 jours en communication permanente avec mes enfants, étudiants en France. Je vous rassure, ils vont très bien, aucune violence ou acte raciste, n’ont été observés cette semaine, ni dans les universités, ni dans les cités, ils sont sereins, rassurés, tout comme moi » explique-t-il suscitant l’incompréhension chez journalistes.
Le ministre a ensuite usé de ses 3 derniers neurones encore fonctionnels pour faire une analyse pertinente. Selon lui, il n’est responsable que de la sécurité de ses enfants. Et chacun doit veiller sur sa progéniture. L’université algérienne n’est pas le croissant rouge, chacun s’occupe de ses avortons «Je vous ai pas procrée puis oublié » s’offusque-t-il.

« Criminels, arrêtez vos conneries svp »

Lire aussi
autroute

La conférence irréelle qu’a donnée le ministre le moins instruit du pays, s’est soldé sur une déclaration encore plus bête que la précédente. Hadjar s’est permis de s’adresser courageusement aux criminels qui menacent l’université algérienne en les appelant à cesser leurs actes odieux et aller tuer ailleurs « dans les supermarchés ou n’importe quel autre endroit non soumis à sa tutelle ». Il explique qu’en cas de récidive, le seul perdant, ce sera lui. «Les pauvres étudiants perdront leurs vies, les parents perdront leurs enfants, vous, vous allez perdre votre liberté, mais moi je risque de perdre mon poste de ministre, croyez-moi, il n’y pas plus dur, alors arrêtez svp, merci »

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut