Vous êtres en train de lire
Le cadre de Bouteflika retire les formulaires de candidature

Le cadre de Bouteflika retire les formulaires de candidature

La rédaction

L’opération de retrait des formulaires de candidature à la présidentielle tourne au sketch. Chaque jour, la rue Dr Saadane draine de nouveaux prétendants qui, tantôt benêts, tantôt moqueurs, s’amusent face caméra à balancer des conneries. Ce n’est plus une présidentielle, c’est un casting pour trouver un con remplacer Ould Abbès à la tête du FLN. Et la mascarade n’est pas prête de se terminer, puisqu’on a appris que le cadre du président s’est présenté ce matin au ministère de l’intérieur pour retirer à son tour les formulaires.

Le cadre du président Bouteflika a fait un premier pas vers El Mouradia. Il lui en reste exactement 5760. Pas évident surtout quand on sait que la motricité n’est pas le fort de Bouteflika. Le portrait du président espère ainsi quitter son vulgaire trépied en bois pour un mur du palais présidentiel où il sera accroché entre le portrait de Houari Boumediène et celui de Toutânkhamon. La question du cumul des mandats ne se pose même pas puisque c’est la première fois que le cadre du président se porte candidat à l’élection présentielle. « On ne peut pas parler d’un 5e mandat » estime un proche du cadre. « En 1999, 2004, 2009 c’était Bouteflika. En 2014, c’était son cadavre et là c’est son portrait. L’alternance est respectée » fait-il observer. « Il est vrai que Bouteflika est malade, mais le cadre est en très bonne santé. N’importe quel menuisier peut l’attester » conclut-il.

Sitôt sorti du ministère, le portrait du président est assailli par les journalistes qui lui tendent leurs micros dans l’espoir de le faire réagir. Mais la photo du candidat est restée muette se refusant à faire la moindre déclaration. Pour le moment, ce candidat inattendu doit récolter 60 000 signatures de parrainage d’autres portraits. Il prévoit pour cela faire le tour des musées. Dieu merci, l’Algérie n’en compte pas plus que le nombre de mandats de Bouteflika. Nous sommes peut-être sauvés…

Lire aussi
tebboune

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut