Le président de la République a convoqué vendredi dernier le corps électoral, et il a été bien entendu. Depuis 3 jours, les retraits des formulaires de candidature se sont succédés. Plus de 60 citoyens ont affiché leur ambition de se présenter au prochain scrutin d’avril 2019. Or une majorité d’entre eux avoue n’avoir ni un niveau requis, ni un programme pour leurs campagnes électorales, elle se présente exactement comme Bouteflika, muette, les mains vides. «Je pourrais battre Bouteflika grâce à mon avantage physique, moi je marche, je parle, j’entends et j’ai pas de petit frère qui me manipule, il me manque juste le soutien du système » estime un plombier.

Nonobstant, le ministère de l’intérieur met en garde contre la multiplication des candidats, et craint de se retrouver en avril face à la redoutable équation nombre d’électeurs=nombre de candidats. Une situation qui capotera toute stratégie de fraude et de bourrage des urnes. Selon Ahmed Bedoui, Bouteflika a convoqué uniquement des corps, il est donc logique d’accueillir des candidats dépourvus d’esprit. Mais le ministre de l’intérieur affirme trouver une ingénieuse idée pour soigner l’image de la campagne électorale, déjà ubuesque.

«Faire courir des vrais lièvres »

Contrairement aux présidentielles passées, ou le système sollicitait des chefs de petits partis rigolos pour animer la campagne électorale et jouer le sparring-partner (perdant) de Bouteflika, il y aura cette année de vrais lièvres, mammifères herbivores de la famille des Léporidés. Bedoui annonce avoir fait appel à une vingtaine de lapin pour meubler lors des débats électoraux. Selon le gouvernement, cette décision relève de la transparence et de l’honnêteté politique, puisque les lièvres ont toujours été des acteurs électoraux à part entière. «Franchement, la réalité dépasse la fiction en Algérie, alors autant recourir à la fiction, à la fable, à La Fontaine » explique le porte parole du gouvernement. Avant de poursuivre «Les candidats sont tous des rigolos…Un apiculteur qui veut transformer l’Algérie en Air Algérie, un plombier qui veut siphonner le pays, un chômeur voulant s’offrir un steak/jour, Rebaine, Spicifik et j’en passe ». L’autre argument du ministère est d’ordre financier. En effet les vrais lièvres sont plus domesticables, ils font moins rire, et ça coûte beaucoup moins que les frais de campagnes des autres lièvres politiques. Un vrai lièvre se nourrit exclusivement de laitue et de carotte râpée contrairement à Rebaine ou Makri carnivores assoiffés, friands de cachir, et dépensant entre 5 et 7 milliards lors de chaque campagne. Cette stratégie permettra à l’état d’économiser plus de 500 milliards afin que le prochain gouvernement puisse les dévorer.

Les Lièvres et la Tortue

Cette annonce invraisemblable a fait régir les internautes algériens sur les réseaux sociaux, qui n’ont pas tardé à faire une analogie entre l’Algérie et la 10ème fable de La Fontaine.
En effet, si les candidats perdants sont des lièvres, le vainqueur sera bien une tortue. Il est discret, il ne se manifeste pas, il ne marche, il joue profil bas mais à la fin c’est lui qui l’emportera avec la totalité des voix. Moralité : C’est toujours Bouteflika qui gagne !

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

La fille cachée de Louisa Hanoun et de Ali Belhadj devenue ministre aujoud'hui

C’est une histoire tellement farfelue que si quelqu’un l’aurait conté il y…

Qui sont Lakhdar Benzahia et Aït Mokhtar Omar, les deux candidats à la présidentielle ?

On ne sait pas, et on s’en fout. De toute façon personne…

Qui est Ali Ghediri, le candidat à l’élection présidentielle ?

Wellah même nous on ne le connaît pas.