«C’est un petit pas pour l’homme mais un grand pas pour les harragas»
C’est avec beaucoup d’émotion que le directeur de l’agence spatiale algérienne a annoncé ce matin, le 1 er cas d’immigration clandestine dans l’espace. 12 jeunes astronautes ont décidé de sortir dans l’espace afin de s’établir définitivement dans une autre planète. Mr Smail Merrikhi n’a pas réussi à cacher sa fierté malgré la gravité de la situation. Selon l’ASAL, l’Algérie devient le premier pays à avoir envoyé son peuple habiter une autre planète du système solaire.

« Mars wella les rapaces »
On s’en doutait un peu, la fugue de ces 12 astronautes était préméditée. Une lettre signée par le groupe a été retrouvée dans les locaux de l’agence. Des mots très émouvants pour expliquer leur décision. Selon le porte parole de l’ASAL, les 12 membres du programme spatial Harraga11 a décidé, ni plus ni moins, de changer de planète. Changer de pays est devenu peu efficace, en raison des crises financières et sécuritaires que vivent actuellement les pays européens. Il est plus intelligent de sortir définitivement de cette planète qui s’auto-détruit petit à petit.
Par ailleurs, des parents de Amine 27 ans, membre de Harraga 11 se disent choqués et abattus suite à ce drame. « J’ai vu mon fils préparer ses valises hier soir, il m’a dit qu’il avait besoin de prendre l’air et de changer d’univers. Ayant pris ses paroles au second degré, j’ai pensé qu’il allait passer du temps à Cheréa pour profiter des chutes de neige, apparemment il est monté trop haut » regrette le père d’Amine.
A la fin de la lettre, les astronautes expliquent que leur décision a été prise après qu’ils ont perdu tout espoir de réussir dans cette planète, le 5 ème mandat, Ouyahia, Zoukh, et j’en passe et des meilleurs « Saturne wella ntrouma, Mars wella hed la race, rana khelinahalkoum »

Nouvelle vie
Avant d’abandonner leur navette, les douze astronautes ont donné un signe de vie depuis la planète Mars. « Vous voyez ici, il n’y a pas d’eau, c’est mieux que d’en avoir contaminée par le choléra » a envoyé un membre. Les autres se disent optimistes d’entamer une nouvelle vie avec de nouveaux êtres. Selon les harragas cosmiques, il y a plus d’humanité dans les yeux d’ET que dans le regard d’Ouyahia. Dans l’espace, il n’y a pas de gendarmes aliens qui viennent t’arrêter après l’ordre d’un patron de presse. A propos de presse, il n’y a pas Ennahar non plus, « C’est pour vous dire combien c’est tranquille ici » expliquent-ils. Avant de conclure «Ici si on meut par étouffement, par faim ou par soif, ce sera au moins scientifiquement justifié. Là où on était, on risquait notre peau à tout moment sans aucune raison »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

En plein vol, un avion d’air Algérie vidange ses toilettes, au-dessus d’un festival en Bretagne

Faut-il en rire, s’en étonner ou s’en offusquer ? ce que vient…

Un chien des douanes françaises meurt après avoir reniflé la Chemma transportée par un voyageur en provenance d’Alger

Les services des douanes françaises sont en deuil depuis la semaine dernière…

Maroc : préparée par erreur avec des feuilles de cannabis; une h’rira transforme un mariage en chaos général

Il aura fallu plusieurs heures à la police pour remettre les choses…