Le célèbre groupe de musique targuie Tinariwen se voit contraint d’annuler sa tournée nationale suite à un désaccord avec l’Officie national de la culture et de l’information (ONCI). Selon un communiqué du groupe, l’annulation est due à un manquement d’ordre administratif de l’ONCI, ainsi qu’à un manque de considération de la part des organisateurs de cette tournée envers le groupe, sa musique, et son public. «Une décision prise par honneur » explique le groupe. Pointé du doigt, le ministère de la culture a régi ce matin afin de calmer le jeu. En déplacement à un pot organisé par une youtubeuse pour célébrer son 100 000e abonnés, Azzedine Mihoubi s’est montré formel pour expliquer ce fiasco culturel. Il accuse les membres du groupe targui d’être des sans-papiers subsahariens, tentant de rejoindre clandestinement l’Algérie en se faisant passer pour des musiciens.

«Je ne suis pas mélomane, mais pas dupe non plus »

Le ministre du Snapchat a donc appelé les Algériens à ouvrir leurs yeux, à faire montre de vigilance face aux imposteurs, de plus en plus nombreux, qui font des pieds, des mains et même de la musique pour tenter de rejoindre clandestinement la 1ère force régionale. “Il ne faut pas tout gober. J’aime beaucoup le rap, mais ce groupe est un fake. Ils n’ont même pas l’étoffe des artistes” a commenté le ministre sur twitter. Un cadre du ministère dévoile des photos des membres du groupe, habillés en takakat, portant des chèches et jouant à des instruments à cordes produisant des sons bizarres. “Regardez bien ! Je vous le dis, ces gens-là sont soit des sans-papiers, soit des terroristes d’Aqmi. Dans les deux cas, ils n’ont pas leur place dans notre pays, qu’ils aillent faire leurs concert au Bataclan” estime Slimane Bouhayouf, chargé de communication au ministère de la culture. Quant à Mihoubi, il réitère ses accusations en se montrant plus tolérant cette fois-ci “Il n’y a aucun racisme la dedans, la preuve, je roule en Touareg. Ils n’ont pas de talent c’est tout”


Pour remplacer Tinariwen, le ministère de la culture propose une tournée nationale du Snapchateur Rifka et un festival de la chanson politique pro 5 ème mandat animé par El Mazouni.

1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

You May Also Like

Première édition de la fête de l’âne à Béjaïa : Ennahar invité d’honneur

Du 20 au 25 décembre 2018, a lieu dans la localité de…

L’Académie française valide le mot “faichlesse” pour exprimer un état d’affaiblissement extrême

Si la France était en guerre contre l’immigration, selon Marine Le Pen,…

Interview exclusive avec Salim Aggar, le nouveau directeur de la cinémathèque d’Alger

Propulsé sur le devant de la scène après sa participation dans la…