L’échéance présidentielle est pour bientôt, et contrairement à Bouteflika, elle avance à grands pas. Même si d’aucuns la trouvent sans enjeu, ridicule simulacre où l’ennui le dispute au grotesque, on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Bouteflika pourrait par exemple obtenir que 95% des voix au lieux des 98% habituelles. Moussa Touati pourrait accepter sa cuisante défaite au lendemain de l’annonce des résultats sans menacer d’entamer une grève de la faim en s’enroulant dans sa légendaire couette tigre. Et Ali Fawzi Rebaine pourrait atteindre le score de 1%. Non, je déconne. Jamais aucun Algérien ne voterait pour Ali Fawzi Rebaine, sa femme et ses enfants mis à part. Même Ali Fawzi Rebaine ne vote pas pour lui-même.

Tous les scénarios (scénarii pour les pète-couilles) sont possibles. Le président sortant a été jusque là invaincu, mais il n’est pas invincible. Dans la course à El Mouradia, nombreux sont les candidats qui pourront le bouscule, voire, le battre. Il suffit juste d’avoir des jambes. Et les dents longues jusqu’au plancher. Petit tour d’horizon des candidatures susceptibles de damer le pion au roi.

L’abstention

L’abstention, c’est quand tu préfères te ronger le cul à la vinaigrette plutôt qu’aller voter. ça traduit un rejet du concept même de démocratie. En gros, pour un abstentionniste le vote, c’est comme Ennahar TV : ça pue la merde. Comme ils sont nombreux les Algériens qui estiment qu’Ennahar TV c’est de la merde, l’abstention pourrait être la grande gagnante de l’élection de 2019.

Voter pour l’abstention, c’est voter pour personne. Voter pour personne, c’est faire le choix de ne pas avoir de président. Oui, mais on n’a déjà pas de président, m’objecterez-vous. Je ne vous le fais pas dire, mais ne vaut-il pas mieux ne pas avoir de président par choix que de ne pas avoir de président par contrainte ? Vous avez 4 heures !!

Le ridicule

Le ridicule ne tue pas. Mais à force, à force, il le pourrait. 98% c’est correct, au-delà de 100% ça devient ridicule. Tenez-le vous pour dit.

La mort

En voilà une candidate qui risque de gâcher la “fête démocratique” comme dirait la présentatrice du JT à l’ENTV. Sérieuse émule du président Bouteflika lors de l’élection de 2014, la mort a failli l’emporter (l’élection ou boutef, on ne sait pas encore) si ce n’est les réanimateurs acharnés du Val-de-Grâce. Mais en 2019, la donne a changé. N’oublions pas que l’hôpital militaire du Val-de-Grâce a été fermé.

Ali Fawzi Rebaine

Ali Fawzi Rebaine peut créer la surprise. Il est capable de faire baisser le score de Bouteflika de 0,01%, en votant cette fois pour lui-même.

Le Rhume aigu

Mais en avril, je ne pense pas que ça soit la saison.

5 comments
  1. Comme toujours, quand on n’a pas de talent, on le remplace par la vulgarité, n’est pas donné à tout le monde de faire de l’humour intellugent. Du Selkal, en version vulgaire.

  2. A propos de l’élection du nouveau président on attendra comme tout les Algeriens ( Echaâbe ) les présidentielles tel qu’il soit on l’acceptera . Nous sommes en démocratie c’est un peu difficile pour certains mais c’est la règle du jeu pourvu qu’il soit algérien .Croyez moi c’est la seule issue Arrêtez ces insinuations .D’après vous personne n’est apte . Qu’est ce qu’on doit faire alors ? Maudit soit celui qui veut du mal a notre peuple Vive l’Algérie Stable et prospère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

You May Also Like

Le conseil constitutionnel propose d’annuler les présidentielles et publier les résultats demain matin

A quatre mois de l’élection présidentielle, les doutes subsistent. Ira-t-il vraiment ?…

Recyclage des déchets : Greenpeace salue le retour de Belkhadem à la tête du FLN

Le retour de Belkhadem à la tête du FLN n’a pas fait…

Le réalisateur d’ “Intouchables” va réaliser le clip de campagne de Bouteflika

Alors que le débat commence à faire rage dans la sphère politique…