bacteries

Cela va sans doute provoquer la rage du ministre de l’enseignement supérieur : Un étudiant algérien vient de faire une découverte scientifique, et non des moindres, dans son plat de cantine. “Une découverte qui pourra être primée par un prix Nobel” prédisent les spécialistes. Une humiliation pour l’Algérie selon Tahar Hadjar. Yacine, 25 ans, vient de révéler au monde l’existence de trois nouvelles espèces bactériennes, jusqu’ici inconnues. Reportage.

Cantine unicellulaire

Yacine, jeune étudiant en biologie à l’USTHB est résident à la cité universitaire CUB 3. Parti, l’après midi faire sa séance de sport hebdomadaire, il laisse sur son bureau une assiette de ragot de viande surgelée aux légumes crûs récupérée au restaurent de la cité. A son retour deux heures après, il constate qu’une souche bactérienne a contaminé son plat. Ce dernier devenu ragot de moisissures donne la nausée à Yacine. Il tente alors d’isoler et de purifier les bactéries responsables de la contamination. Pour ce faire, il emmène l’assiette au laboratoire de Babez pour des analyses plus approfondies. Après des heures d’essais, la surprise de l’étudiant est grande. En plus de la Pantoea agglomerans, la Pasteurella multocida, la Plesiomonas shigelloides.Pneumocoque, le Proteus vulgaris et le Vibrio cholerae, le plat de Yacine contient 3 bactéries inconnues pathogènes pour l’être humain. Le jeune étudiant appelle son prof de microbiologie sur le champ. Eberlué, ce dernier, convoque le recteur de l’université après avoir validé la découverte de Yacine. Les étudiants sont sous le choque, si Yacine a utilisé son plat pour une expérience microbiologique, eux par contre, ils en ont fait un déjeuner. Plusieurs d’entre eux ont vite rejoint l’hôpital d’El Kettar pour des examens.

“Nos étudiants sont mangeurs et vaccinés”

La découverte de Yacine a surpris grand monde excepté, le directeur des œuvres universitaires. Mr Smail Khamedj, trouve cette trouvaille que certains qualifient de “découverte du siècle” d’une banalité exaspérante. “Des bactéries dans les repas universitaires ? Quelle surprise ?! je suis mort de rire. C’est un secret de polichinelle, tout le monde sait que l’on cuisine de la merde ici ! Vous voulez le Nobel pour ça ?” s’étonne-t-il.

Le chef cuisinier de la cantine universitaire, ne semble pas plus surpris. “Notre engagement c’est d’offrir chaque jour de nouveaux microbes à nos étudiants. Pour ça, vous pouvez compter sur nous ». Une déclaration qui va dans le sens de la politique des cités universitaires dont le but ne serait pas d’empoisonner ou de tuer les étudiants (le chômage s’en occupera après) mais plutôt de les préparer à faire face à la misère post-universitaire ou aux prochaines épidémies qui frapperont le pays.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Des chercheurs découvrent qu’en plus d’être le berceau de l’humanité, l’Algérie est aussi sa risée

Décidément l’Algérie est le centre du monde. Un mois après les fouilles…

Selon une étude, 98% des phrases qui commencent par "je suis kabyle" finissent par "et fier de l'être"

Si votre interlocuteur vous annonce qu’il est kabyle, il y a 98%…

Le décalage horaire entre l’Algérie et les États-Unis ne serait pas 6 heures mais 6 siècles

C’est la dernière grande découverte de l’agence spatiale américaine, NASA. Une équipe…