ordure

Les services des douanes du port de Béjaïa ont opéré, cette semaine, un véritable coup de filet dans le milieu des importateurs en procédant à la saisie de pas moins de 17 conteneurs suspects. Une fois ouverts, la surprise était encore plus grande puisque ces conteneurs étaient remplis de déchets et d’ordures en tous genres. Une première.

L’information ainsi que les images de la saisie ont fait le tour de la toile et des réseaux sociaux en Algérie. On y voit en effet les douaniers du port de Béjaïa, un des plus importants du pays, ouvrir les conteneurs et montrer à la caméra des tonnes d’ordures entassés dedans. Comment cela est-il arrivé ? À qui appartiennent ces conteneurs ? Que cache cette opération d’importation pour le moins, singulière, dans un pays qui ne manque pourtant pas d’ordures ? Nous avons mené notre propre enquête.

Toutes les pistes mènent vers…Ennahar!

Nos investigations menées grâce à nos informateurs et sources officieuses nous ont permis de découvrir qu’en réalité, ces ordures ont été importées pour le compte du groupe de média « Ennahar », détenu par le fameux Anis Rahmani. Un média qui se présente comme le 1er dans le monde arabe, avec son journal papier et sa chaine d’infos en continu.

En effet, l’importateur des conteneurs qui travaille pour le compte d’Ennahar a procédé à l’achat de ces ordures afin d’alimenter le travail des journalistes du média. Plus clairement, et selon une de nos sources proches du dossier, l’importateur a précisé qu’il s’agissait là d’une commande sous forme de « matière première » destinée à permettre la « fabrication » des articles d’Ennahar TV et du journal papier, pour les 6 à 8 prochains mois. « de la matière grise ou brute, appelez là comme vous voulez », précise l’importateur qui s’estime juste un exécutant des ordres d’Anis Rahmani.

Contacté par nos soins, le patron du groupe médias a tenté de minimiser les faits en déclarant qu’il voulait simplement lancer une nouvelle entreprise de recyclage des ordures afin de produire de l’énergie. Selon lui, les ordures d’Algérie ne sont pas de très bonne qualité. Il a quand même fini par reconnaitre que ses journalistes s’alimentent de ces déchets pour pouvoir produire leurs articles et émissions.

Quoi qu’il en soit, il faut rendre hommage aux douaniers algériens qui viennent de sauver le pays d’une nouvelle vague de pollution intellectuelle, d’autant plus qu’elle allait se dérouler en pleine campagne pour les prochaines présidentielles.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

En prison, Ali Haddad réalise son rêve : Devenir professeur de Latin

Sa vie a été rythmée par les marchés publics et les barils…

Alger barricadée : la wilaya évoque un risque d’effondrement de la capitale

Stupéfaction à Alger ce matin : des clôtures pour chantier ont été…

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…