greenpeace

Le retour de Belkhadem à la tête du FLN n’a pas fait des heureux que chez les militants du FLN, nombreux sont les gens honnêtes qui voient dans cette nomination un progrès écologique. C’est le cas de l’ONG de protection de l’environnement, Greenpeace, qui a salué à travers cette nomination les efforts de l’Algérie en matière de recyclage de déchets non biodégradables.

Il pourrait encore servir

Le temps de dégradation est de 3 à 14 mois pour un mégot de cigarette, 20 à 40 ans pour une chaussure en cuir, 50 à 70 ans pour un apparatchik, 100 à 500 ans pour le textile, ce temps est infini pour un Bouteflika. Belkhadem, apparatchik qui chausse du Sonipec et porte des costumes manches courtes a un temps de dégradation égal à la somme des trois ordures, c’est-à-dire 170 et 610 ans. C’est à peine un peu plus que la couche jetable dont le temps de dégradation se situe autour de 500 ans. Mais je m’arrête là, je ne veux pas être jeté en prison pour offense au chef de l’état. Belkhadem succède donc à Ould Abbès à la tête du FLN après avoir occupé ce poste de 2005 à 2013. Jeté comme une chaussette usée en 2013 dans la poubelle de l’histoire, il est récupéré parmi le tas fumant des courtisans serviles par les services d’hygiène de la présidence qui passaient par là pour y déposer Ould Abbès. En le voyant, ils se seraient dits, étonnés “Ah tiens, Belkhadem est là. Il pourrait encore servir”.

Greenpeace aux anges

Greenpeace a commenté le retour de Belkhadem aux affaires en vantant les mérites du modèle algérien de gestion des déchets. “L’Algérie a fait d’énorme progrès dans le domaine de l’écologie. Elle a mis en place des structures innovantes pour recycler ses déchets biodégradables : le gouvernement, l’assemblée populaire et le FLN. C’est sans nul doute un exemple à suivre” se félicite l’ONG qui ajoute que l’Algérie est l’un des seuls pays qui ne se débarrassent pas de ses déchets non biodégradables “au lieu de les jeter dans la nature, elle préfère rallonger leur mandat de 5 ans”. Mais là encore je préfère m’arrêter là, je ne veux pas être jeté en prison pour offense au chef de l’état. Si l’histoire est un éternel recommencement, celle de l’Algérie ressemble plus à une tournante. Ceci explique pourquoi le peuple a si mal au cul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aimer aussi

Le conseil constitutionnel propose d’annuler les présidentielles et publier les résultats demain matin

A quatre mois de l’élection présidentielle, les doutes subsistent. Ira-t-il vraiment ?…

La fille cachée de Louisa Hanoun et de Ali Belhadj devenue ministre aujoud'hui

C’est une histoire tellement farfelue que si quelqu’un l’aurait conté il y…

Première déclaration d’Ould Abbas après son éviction : “Bouteflika tâakoum ? koulouh !”

Soyons clairs, personne ou presque ne s’attendait à ce que le tout-puissant…